Getty Images lance un nouveau service GenAI pour les clients d’iStock

Getty Images lance un nouveau service GenAI pour les clients d’iStock

Getty Images, l’entreprise spécialisée dans les médias de stock, a annoncé cette semaine au CES 2024 un nouveau service qui s’appuie sur des modèles d’IA formés sur les bibliothèques de photographies et de vidéos de stock iStock de Getty pour générer de nouvelles images et œuvres d’art pouvant faire l’objet d’une licence.

Baptisé Generative AI by iStock, le service, alimenté en partie par la technologie de Nvidia, a été conçu pour éviter les générations de produits, de personnes, de lieux ou d’autres éléments protégés par le droit d’auteur, selon Getty. Disponible en 75 langues, il peut modifier les images et en générer de nouvelles. Il peut également être intégré à des applications existantes et à des modules d’extension via une API.

Le coût est de 15 dollars pour 100 images générées.

« Notre objectif principal avec Generative AI by iStock est de fournir aux clients une option facile et abordable pour utiliser l’IA dans leur processus créatif, sans craindre que quelque chose de légalement protégé se soit glissé dans l’ensemble des données et puisse se retrouver dans leur travail », a déclaré Grant Farhall, directeur des produits d’iStock, dans un communiqué de presse.

IA générative par iStock

Une série d’images créées avec la nouvelle technologie Generative AI by iStock de Getty. Crédits d’images : Getty Images

Le lancement de Generative AI par iStock – le deuxième outil GenAI de Getty – intervient alors que le débat sur le droit d’auteur concernant l’IA s’intensifie.

Les modèles GenAI, qui « apprennent » à partir de milliards d’exemples d’œuvres d’art, de livres électroniques, d’essais et autres pour générer des textes et des images de type humain, ont tendance à régurgiter ces exemples lorsqu’ils sont sollicités d’une manière ou d’une autre (voir les fausses affiches de Disney générées par le chatbot de Microsoft). (Cela pose problème lorsque les exemples sont protégés par des droits d’auteur et que le créateur du modèle n’a pas obtenu l’autorisation – ou n’a pas payé de droits – pour les utiliser.

A lire aussi  OpenAI, qui renaît de ses cendres, a beaucoup à prouver, même avec le retour de Sam Altman

Dans un article publié cette semaine dans IEEE Spectrum, Gary Marcus, critique réputé de l’IA, et Reid Southen, artiste des effets visuels, montrent comment les systèmes d’IA, y compris DALL-E 3 d’OpenAI, régurgitent des données même lorsqu’ils ne sont pas spécifiquement invités à le faire. « Il n’existe pas d’outil ou de base de données accessible au public que les utilisateurs pourraient consulter pour déterminer une éventuelle infraction, ni d’instructions à l’intention des utilisateurs sur la manière dont ils pourraient le faire », écrivent-ils.

Certaines entreprises qui développent des applications GenAI font valoir qu’elles sont protégées par la doctrine de l’utilisation équitable, du moins aux États-Unis, mais il est peu probable que cette question soit réglée de sitôt.

Au cours de l’année écoulée, des artistes ont intenté des actions en justice contre Stability AI, Midjourney et DeviantArt, arguant que les modèles publiés par ces sociétés violent leurs droits d’auteur en s’entraînant sur les œuvres des artistes et en générant des résultats dans leur style. Par ailleurs, Getty Images a intenté un procès à Stability AI pour avoir prétendument copié et traité des millions d’images et de métadonnées associées appartenant à Getty au Royaume-Uni.

Une poignée de fournisseurs ont commencé à proposer de payer les frais de justice des clients impliqués dans des procès sur les droits d’auteur découlant de leur utilisation d’outils GenAI. Generative AI by iStock a également une politique en ce sens – probablement en dernier recours, en quelque sorte. Selon M. Getty, tout visuel sous licence généré par un client de Generative AI by iStock est assorti d’une couverture juridique de 10 000 dollars.

A lire aussi  CentML reçoit 27 millions de dollars de Nvidia et d'autres entreprises pour améliorer l'efficacité des modèles d'IA

En savoir plus sur CES 2024 sur TechCrunch

IA