Elio Berhanyer revient : l’exclusivité sur le retour le plus inattendu de la mode espagnole en 2024

Elio Berhanyer revient : l’exclusivité sur le retour le plus inattendu de la mode espagnole en 2024

Elio Berhanyer, qui a habillé aussi bien la reine Sofía qu’Ava Gardner, était une marque prolifique qui a réussi à se maintenir en activité des années 1960 jusqu’en 2010, date à laquelle il a été entraîné dans sa chute par l’impact de la crise. Lorsqu’elle ferme son atelier et ses trois boutiques en (deux à Madrid et une à Cordoue) cette année-là, l’entreprise est entre les mains du fonds d’investissement AB Diseño y Moda. Quatorze ans plus tard, ce retour n’a rien à voir avec eux, même si M. de Lázaro ne donne pas beaucoup plus de détails : « Nous pouvons dire qu’il s’agit d’un groupe d’investisseurs et d’hommes d’affaires qui ont été très enthousiasmés par ce projet. Il ne s’agit pas d’une opération financière, mais d’un engagement à long terme », précise-t-il.

Redonner vie à une entreprise de mode historique est souvent une course de fond entre revisiter les archives et faire table rase du passé. Dans cette nouvelle phase, Elio Berhanyer cherchera un équilibre entre les deux : « … et la nouvelle phase de l’entreprise ».Depuis des mois, nous travaillons intensément avec le Museo del Traje pour analyser son œuvre et la recataloguer.« , explique Sergio, dont l’objectif est d’utiliser la bonne dose de nostalgie pour créer des collections avant-gardistes qui propulseront la marque dans l’avenir. Le travail ne part pas de zéro, car il établit immédiatement plusieurs parallèles entre la façon de concevoir le design chez Berhanyer et dans sa propre entreprise. Rendre la haute couture plus portable, comme celle du couturier cordouan dans les années 60 et 70, est l’une des caractéristiques qu’il met en avant : « … la rendre plus portable ».Nous cherchons à créer des pièces exceptionnelles qui peuvent être appréciées tous les jours.« commente-t-il. « Berhanyer va vivre avec des pièces plus proches de la haute couture, avec des vêtements plus prêt-à-porter et même plus urbains. Il n’y aura pas de distinction, mais tout portera cette philosophie.« . Aborder les vêtements comme la maison que l’on porte, avec une telle vision architecturale, est un autre lien qu’il partage avec « le maître », comme il l’appelle toujours, avec son idée du motif et du tailoring. En outre, dans leurs palettes de couleurs, il n’y a pas de jeux de couleurs vives, mais une restriction tonale qui définit les deux maisons : « Il a beaucoup travaillé avec la bichromie et le bloc de couleurs, dans la perspective des années 50, 60 et 70. Lorsque nous créons des collections chez Otrura, nous le faisons avec une gamme de couleurs très spécifique ».

A lire aussi  La reine Letizia opte pour un chemisier "Lady Di" avec un clin d'œil très particulier
Mode