L’application de numérisation 3D Polycam reçoit le soutien du cofondateur de YouTube

L’application de numérisation 3D Polycam reçoit le soutien du cofondateur de YouTube

Polycam, une application qui utilise les capteurs d’un smartphone pour scanner des objets en 3D, lève des fonds auprès d’investisseurs de premier plan, dont Chad Hurley, cofondateur d’Adobe et de YouTube.

Polycam a annoncé aujourd’hui la clôture d’un tour de table de série A de 18 millions de dollars mené par Left Lane Capital avec la participation d’Adobe Ventures, de Hurley et d’autres investisseurs. Chris Heinrich, cofondateur et PDG de Polycam, explique que ces fonds serviront à financer de nouvelles fonctions d’édition et de collaboration en 3D, la formation de modèles d’IA pour le rendu d’objets en 3D et l’expansion de nouveaux marchés.

Polycam a été fondée au début de 2021 par Heinrich et Elliott Spelman, qui s’étaient rencontrés alors qu’ils travaillaient ensemble chez Ubiquity6, une startup développant des technologies mobiles de numérisation 3D et de réalité augmentée. Heinrich et Spelman étaient tous deux convaincus que la capture 3D, rendue possible par du matériel tel que le capteur lidar des iPhones les plus récents, pourrait mettre la création de contenu 3D à la portée du plus grand nombre.

« L’un des défis et des opportunités de l’espace de modélisation 3D est que la technologie de base pour la capture 3D est loin d’être parfaite, et qu’il n’est pas aussi facile de prendre une photo avec un iPhone », a déclaré Heinrich à TechCrunch lors d’une interview par e-mail. « La bonne nouvelle, c’est que les progrès de la capture 3D pilotée par l’IA, associés au type de données que Polycam possède en masse, devraient améliorer considérablement la qualité et la facilité d’utilisation au cours des prochaines années, ce qui permettra de débloquer davantage de cas d’utilisation et d’accroître l’adoption de la technologie.

A lire aussi  Découvrez comment Sensi.AI développe l'IA pour la surveillance à distance des patients

Polycam propose une suite d’outils de capture et de modélisation 3D, chacun étant conçu pour répondre à un cas d’utilisation différent.

Polycam

Crédits images : Polycam

Sur les iPhones équipés d’un capteur lidar, Polycam peut scanner en 3D l’environnement d’un utilisateur, comme les pièces de sa maison. Le « mode photo » de l’application, disponible sur les appareils mobiles et sur le web, utilise la photogrammétrie – la capture d’images et leur assemblage – pour créer des modèles d’objets en 3D. Polycam peut capturer des « photos sphères » et des images à 360 degrés à partir d’appareils photo de smartphones. Et pour les utilisateurs qui souhaitent incorporer des modèles dans un projet (un jeu vidéo, par exemple) sans avoir à les capturer, l’application héberge une bibliothèque de modèles 3D gratuits partagés par la communauté Polycam.

Polycam gagne de l’argent en faisant payer un abonnement de 100 dollars par an pour des fonctions avancées destinées aux utilisateurs professionnels.

Il existe aujourd’hui sur le marché un certain nombre d’applications pour la capture d’objets en 3D à partir d’un smartphone (voir Luma, par exemple). (Voir Luma, par exemple.) Mais il est vrai que Polycam a bénéficié de la consolidation du marché au cours des dernières années, avec Niantic qui a racheté Scaniverse, Discord qui a acquis Ubiquity6 et Snap qui a acheté Th3rd.

Aujourd’hui, Polycam compte près de 100 000 clients payants, me dit Heinrich, et ses applications iPhone et Android ont été téléchargées plus de 10 millions de fois.

« Polycam a eu un flux de trésorerie positif pendant de nombreux mois en 2023 et connaît une forte croissance de ses revenus », ajoute-t-il. « Nous n’avons pas été sensiblement affectés par le ralentissement du secteur technologique et avons enregistré une forte croissance de notre chiffre d’affaires malgré un environnement macroéconomique difficile. »

A lire aussi  Elicit construit un outil pour automatiser l'analyse de la littérature scientifique

Alors pourquoi lever des capitaux extérieurs ? Pour « se développer plus agressivement », a déclaré M. Heinrich, notamment grâce à de nouvelles capacités alimentées par l’IA, au lancement de niveaux d’abonnement pour les entreprises et au doublement de son effectif de 22 personnes d’ici 2025.

Polycam

Crédits images : Polycam

À cette fin, Polycam étend ses activités au Vision Pro, le casque AR d’Apple, qui deviendra un domaine clé de l’entreprise au cours des prochains mois, explique Heinrich. Polycam forme également des modèles d’IA pour combler les lacunes du processus de numérisation d’objets en 3D – un investissement qui augmentera la fidélité globale des numérisations de Polycam, selon Heinrich.

« Même les meilleures numérisations souffrent de données erronées et incomplètes, par exemple l’impossibilité de numériser le dessous d’un canapé ou d’une voiture », explique-t-il. « C’est là que l’IA entre en jeu.

IA