Toccororo : « J’aime dire que mes « sets » sont sombres, sexy et amusants, comme les vêtements de Mugler ».

Toccororo : « J’aime dire que mes « sets » sont sombres, sexy et amusants, comme les vêtements de Mugler ».

Le temps joue en sa faveur : Claudia Fersanch (Las Palmas de Gran Canaria, 1995), également connue sous le nom de Toccororo, est consciente que la clubbing et la musique électronique la plus tribale et la plus guaracha ont le vent en poupe. Il suffit de regarder la programmation du Sónar de cette année et l’exposition (et la reconnaissance) nationale et internationale dont bénéficient nombre de nos collègues et amies », déclare la DJ, qui savoure la douceur de la reconnaissance et qui vient d’annoncer sa prochaine tournée, « The Sónar ».Tournée Stupide‘. « J’ai appris grâce à mon ami Uriel alias Tekilas, un membre de la scène urbaine galicienne, qui m’a donné quelques leçons ; puis je suis allé sur YouTube et j’ai commencé à m’entraîner », révèle-t-il à cette publication.

Cette pratique et l’aide de sa marraine, Cora Novoa, productrice et DJ galicienne, ont permis à Toccororo de poursuivre un objectif ludique qui a commencé chez lui à Vigo. « Les gens qui n’ont pas les moyens de quitter la Galice ont aussi le droit de profiter de leur jeunesse », a-t-il déclaré à Alberto Sisí Sánchez, dans une interview publiée dans le numéro de juillet 2022 de la revue Vogue .

Tous ceux qui amateurisme appartient au passé. Aujourd’hui, Toccororo voyage dans le monde entier pour proposer des sessions dans lesquelles le reggaetonle dembow ou le dancehallqui l’accompagnent depuis le début, quand elle ne savait pas ce qu’était un BPM (battements par minutele tempo musical). « En février dernier, j’ai fait mes débuts à New York où j’ai eu le plaisir de jouer à Elsewhere, Paragon et BossaNova », se souvient-il avec bonheur.

A lire aussi  Les cadeaux de Noël parfaits pour les amateurs de mode se trouvent dans cette marque espagnole : LONBALI.

Le DJ dans une robe de la collection capsule Mugler x H&M.Ion Leibar

Mode