Le défilé printemps-été 2024 de Fendi prouve que la Haute Couture peut être aussi pragmatique que sophistiquée.

Le défilé printemps-été 2024 de Fendi prouve que la Haute Couture peut être aussi pragmatique que sophistiquée.

Entre la musique de Max Richter et la légèreté de ses tissus, pendant quelques minutes. Fendi a transporté avec son Défilé Haute Couture printemps été 2024 à un univers éthéré et délicat ce qui contraste avec l’intention lourde qui sous-tend sa proposition. « Il y a un humanisme au centre », a-t-il affirmé. Kim JonesKim Jones, directeur artistique de la Haute Couture et du prêt-à-porter féminin, en référence au futurisme de Karl Lagerfeld lors de son passage à la tête de la maison. « La collection traite de la structure et de la décoration, où les deux deviennent inséparables. Je cherchais l’idée de précision et d’émotion en même temps ».

Fidèle à son style minimaliste, Jones dessine cette saison la silhouette de la femme dans un jeu de contrastes. D’une part, il propose de souligner la taille à travers la veste, l’une des pièces absolues du défilé. Ils sont portés avec une puissante bandoulière, un péplum sur les hanches et une fermeture croisée. Sur la base de ces prérogatives, ils sont déclinés dans différentes textures telles que le cuir ou les paillettes, assortis à la jupe qu’ils accompagnent, dans un détournement du tailoring traditionnellement féminin, avec une jupe longueur cheville. Une autre façon d’embrasser la silhouette est la robe tricotée, réalisée dans des matières telles que le cachemire ou la vigogne. Il conçoit ainsi un type de croisement qu’il appelle  »le croisement de l’homme et de la femme ».shibari(une sorte de bondage japonais) qui se traduit par des robes côtelées avec des cols et des hauts originaux qui se combinent aussi bien avec des jupes crayon qu’avec des robes à encolure haute.

A lire aussi  Sofia Richie a le parfait "co-ord" pour une soirée d'été.

À l’autre extrémité du spectre, la maison crée des volumes architecturaux sur le corps d’une femme de manière délicate, en utilisant des tissus corsés tels que le gazar de soie (pour laquelle Cristóbal Balenciaga, par exemple, était connu). Dans cette ligne, ils proposent une nouvelle silhouette, qu’ils définissent comme « scatola » (boîte en italien), avec des robes à encolure sans bretelles qui tombent directement sur le sol.

Son apparente austérité n’est pas un renoncement absolu à l’acte de s’habiller : Fendi suggère de combiner tous ses looks avec des accessoires semblables à des bijoux, tels que des escarpins argentés ou des talons hauts cloutés de paillettes. Silvia Venturiniresponsable des accessoires et de la collection masculine de la maison, a imaginé différentes versions de l’emblématique sac « Baguette », allant du nano au maxi, festonné de franges ou garni de fourrure, mais toujours porté à la main. Dans certains cas, la quincaillerie est en or blanc 18 carats, incrustée de diamants blancs. Le directeur artistique des bijoux de la marque, Delfina Delettrez, est responsable des lunettes Vision singulièreréalisée à partir de scans faciaux en or blanc 18 carats et diamants blancs, qui peut être utilisée comme lunettes de vue, lunettes de soleil ou simplement comme un autre accessoire.

La décoration se retrouve également dans les robes de la deuxième partie de la présentation. Du noir et des roses tendres à l’argent, la couleur par excellence de la proposition. C’est le point de départ de robes à manches longues à l’esprit sixties et aux dégradés chatoyants. Les paillettes sont également utilisées pour des accessoires somptueux tels que les gants, qui soulignent le caractère sensuel des modèles transparents. Une seconde peau délicate, qui s’harmonise et contraste avec le délicat travail du cuir des artisans de Fendi.

Mode