Alaïa : ce qu’il faut savoir sur le défilé automne-hiver 2024/25

Alaïa : ce qu’il faut savoir sur le défilé automne-hiver 2024/25

L’intimité sied à Alaïa Alaïa y Pieter MulierLe directeur artistique de la maison de couture, Pieter Mulier, est à l’aise dans la confidence des lieux intimes. Ainsi, au 5 de la rue de Marignan, le boutique transformée en podium le temps d’une journée, la créatrice nous a accueillis pour un défilé de mode à petite échelle.

Tout ce qu’il faut savoir sur le défilé haute couture automne-hiver 2024 d’Alaïa

La scénographie était sophistiquée : un sol en miroir et des canapés arrondis, dessinés par Mollo de Philippe Malouin. « La collection est basée sur la courbe, sur le cercle », a révélé M. Mulier. « Les courbes des femmes, les cercles d’amis, les familles choisies, sont au cœur de l’essence d’Alaïa. C’est Azzedine, sa présence bat ». Le créateur a également souhaité réunir le public « pour tout voir en détail, au plus près des vêtements ». Étrange, oui, mais délicieusement étrange : un vêtement qui se frotte à vous ; le bruissement des tissus, le bruissement des fils qui bougentle murmure de la queue qui balaie le sol… Écouter un tissu est en soi sensuel. Tous les vêtements sont si purs qu’ils partent d’un seul fil, un simple fil de laine mérinos que Pieter Mulier multiplie, entrelace, tord et tourne… « réinventé encore et encore ». « réinventé encore et encore ». Plutôt que de décrire les vêtements, leur créateur nous invite à les observer, car ils méritent plus que des épithètes. Ils sont faits pour être contemplés : d’admirables lignes vives et douces à la fois, l’onctuosité des manteaux, les jupes courtes, les jupes courtes et les jupons. bouclé en contraste avec les lignes précises du robes découpées ou asymétriques. Couleurs : un rouge audacieux s’opposant à la tendresse d’un ensemble rose pâle, au noir contre le beige, au blanc puissant contre le bleu nuit ? Tension et souplesse en parfait équilibre. Les pantalons bouffants aux mille plis transforment les femmes en cygnes. Ce sont des vêtements qui dansent, au-delà de l’habillage du corps.J’ai toujours voulu qu’Alaïa soit plus qu’une simple affaire de vêtements. Parce qu’en fin de compte… il s’agit de la vie et d’être ensemble ». Un vœu exaucé.

A lire aussi  Fendi automne-hiver 2024-25, une proposition qui montre clairement que la mode utilitaire peut aussi être amusante.
Mode