La leçon de botanique unique de Loewe dans sa collection automne-hiver 2024-2025.

La leçon de botanique unique de Loewe dans sa collection automne-hiver 2024-2025.

Il est temps d’enfiler votre Jonathan Anderson. Ceux qui, lorsque vous les enfilez, vous font voir le monde à travers son regard unique et particulier. Lors du dernier défilé de mode de Loewe cette saison, l’invitation s’étend à la nature : c’est une collection qui fait des clins d’œil à la nature. à la faune et à la flore à travers une esthétique très kitsch.. Ceci est particulièrement présent dans les imprimés, dans des looks totalement floraux, avec des motifs de fleurs, d’oiseaux et même un chien à l’expression renfrognée et à la pose hiératique, comme dans une tapisserie. Les origines de la créatrice ne pourraient être plus britanniques. Les mêmes motifs se retrouvent dans les accessoires, avec des bottes de motard revisitées et des modèles reconnaissables, comme le sac Squeeze, remis au goût du jour. Dans la lignée des sacs qui ont fait fureur, le design « Squeeze » ne manque pas.botte d’aspergesqui promet de suivre les traces de sa conception du pigeon, pour ne citer qu’elle.

Pascal Le Segretain/Getty Images

Fidèle à cette façon de concevoir la silhouette, Loewe continue cette saison de miser sur le pour le volume, ce qui contraste un peu avec les lignes plus serrées des autres défilés des semaines de la mode. La maison se distingue notamment par des pantalons qui laissent beaucoup d’espace aux jambes, avec des jeans effilochés et des pantalons cargo aux poches XXL. En guise de nouveauté, elle ajoute un peu de volume grâce à des centimètres de tissu supplémentaires au-dessus de la ceinture. Il existe également un certain nombre de robes qui présentent deux débords de textile de chaque côté du corps, donnant l’impression que les bras sont maintenus dans deux poches géantes.

A lire aussi  Les danseuses de ballet dont vous rêviez enfant seront les stars de vos looks cet automne.

Ce n’est pas révolutionnaire, mais la vision d’Anderson est fraîche, aussi bien en vue d’ensemble que dans les détails. Cet automne, par exemple, il associe le tailoring formel à des vêtements qui n’ont rien à voir avec lui. Il rompt la rigueur d’un blazer et d’une chemise noirs avec une jupe à imprimé radis, ou ajoute une sorte de pantalon ballon fleuri qui apporte même une touche d’espièglerie. Sur les vestes et les manteaux, il joue avec différents effets sur les revers, auxquels il ajoute des détails dans des tons métalliques. Comme l’explique Vanessa Friedman dans X, l’un des manteaux incorpore des pieds miniatures en bois sculpté sur les revers, comme s’il s’agissait des pieds d’une chaise Chippendale (que la marque a d’ailleurs utilisé hier pour faire parler d’elle sur Instagram).

En revanche, Loewe marque la taille par la ceinture, mais conçue différemment. Il s’agit de boucles stratégiques qui mettent l’accent sur le centre du torse, jouant avec les plis d’une robe ou d’une chemise non cintrée. Il propose également des pulls en maille style polo avec des ourlets effilochés, ou s’inscrit dans la tendance des vêtements à manches longues. librariancore avec une ceinture inattendue aux détails métalliques et des bottes multicolores.

Mode