De Balmain à Victoria Beckham : voici les cambriolages de mode les plus notoires de ces derniers temps.

De Balmain à Victoria Beckham : voici les cambriolages de mode les plus notoires de ces derniers temps.

Oliver Rousteing a dénoncé le vol de toutes les pièces de sa collection pour Balmain quelques jours avant sa présentation à Paris. Voici quelques-uns des vols les plus célèbres de l’industrie de la mode

Entre 2008 et 2009, six mineurs d’un quartier aisé de Los Angeles ont fait la une des journaux après être devenus une organisation criminelle responsable du vol de millions de dollars de vêtements de marque de luxe, de bijoux, de montres, de sacs à main et d’œuvres d’art. Apparemment Motivés par la vanité et le culte de la célébrité hollywoodienne, la bande de adolescents ont dévalisé les manoirs de stars telles que Lindsay Lohan, Paris Hilton, Megan Fox, Orlando Bloom et Rachel Bilson pour réaliser leur rêve et emporter au passage ce qu’ils considéraient comme des souvenirs précieux. L’histoire a servi de prétexte au tournage du film The Bling RingLe film de Sofia Coppola dans lequel la réalité et la fiction se diluent dangereusement pour raconter l’histoire d’un des vols de mode les plus célèbres des Etats-Unis. Ce sont les caméras de sécurité de Lohan qui ont permis à la police de trouver l’identité du gang. Facebook, les connexions sur les murs et les photos que les protagonistes ont postées ont fait le reste.

La nouvelle est tombée hier : Balmain a été victime d’un vol de plus de 50 vêtements à dix jours de la semaine de la mode à Paris.. Selon la déclaration que son directeur créatif, Olivier Rousteing, a partagée sur son profil Instagram, les vêtements ont été détournés à l’aéroport lors de leur arrivée dans la capitale française. « Notre livraison a été détournée », a avancé Rousteing. « Le camion a été volé. Dieu merci, le chauffeur est sain et sauf. Tant de personnes ont travaillé si dur pour que cette collection voie le jour. Tant de travailleurs, de fournisseurs, mon équipe et moi-même. Soyez prudents, c’est le monde dans lequel nous vivons », a-t-il poursuivi. Si l’on tient compte du fait qu’une veste de la marque française coûte en moyenne plus de 4 000 euros, un pantalon environ 2 000 euros et un tee-shirt environ 500 euros, ce vol représente de lourdes pertes pour l’entreprise qui, malgré tout, n’envisage pas d’annuler le défilé du 27 septembre.

A lire aussi  La combinaison "jeans + joli haut" est toujours gagnante.
Mode