404 Studio : la firme qui s’appuie sur le crochet et les films cultes pour véhiculer ses obsessions.

404 Studio : la firme qui s’appuie sur le crochet et les films cultes pour véhiculer ses obsessions.

Rencontre avec Anaïs Vauxcelles (València, 1990) quelques jours seulement après la présentation de Je n’ai plus de larmesla dernière collection de son entreprise 404 Studio sur le podium de la 080 Barcelona. La marque de vêtements et d’accessoires a déjà sept ans, mais cela n’empêche pas la créatrice d’avoir le vertige et de se donner à fond chaque fois qu’elle prépare une nouvelle collection. défilé. « Nommé d’après une chanson de Rumba Tresqui coïncide avec la douleur de ce projet », confie la créatrice. « C’est l’aboutissement de toutes les larmes que ma famille et moi avons versées », ajoute Mme Vauxcelles, qui a inclus une photo de sa grand-tante dans sa présentation. « Une femme à la vie compliquée, une femme d’un film d’Eloy de la Iglesia.« .

Contenu d’Instagram

Ce contenu peut également être consulté sur le site d’où il provient.

La nature parfois dure de l’industrie de la mode a fait que la créatrice n’a osé franchir le pas qu’à l’âge de 28 ans. « C’était très effrayant, mais je me suis dit : soit je le fais maintenant, soit je ne le ferai jamais.« , se souvient-elle à propos du moment où elle a décidé de fonder sa propre marque. Mais son goût pour la couture lui est venu bien plus tôt, lorsqu’elle était adolescente : la jeune femme a suivi une formation de modéliste et de couturière dès l’âge de 16 ans, bien qu’elle ait ensuite opté pour les beaux-arts et terminé ses études par une maîtrise en design publicitaire et communication.

Sa première collection, inspirée par Suspiria (Dario Argento, 1977) a été présenté loin de sa ville natale, à la Club Silencioconçu par le réalisateur David Lynch, une autre idole de Vauxcelles. « J’avais un ami qui vivait à Paris et il a adoré la proposition. La même année, nous avons reproduit l’événement au Soho House de Barcelone », explique-t-il. « Depuis mes débuts, j’ai toujours été inspiré par les films cultes. Pour cette collection, nous avons préparé un fanzine dans lequel plusieurs artistes rendaient hommage au film en écrivant un poème ou une histoire, en faisant une illustration… ». Clue de Chlöe a fourni la musique pour les maquettes.qui étaient les amis de leurs amis.

A lire aussi  Emily Ratajkowski s'est inspirée d'Emily (à Paris) dans son pantalon le plus original.

Depuis, beaucoup de choses ont changé. « À l’époque, il n’y avait que des T-shirts au crochet, avec la technique de la peau de crocodileelles ressemblaient à des écailles et me rappelaient le papier peint de Suspiria« , résume la directrice de la création de la marque, en se concentrant sur la forme et le contexte ou, en d’autres termes, sur la direction artistique des films et pas tellement sur les costumes. « Ma grand-mère cousait tout le temps, ma tante aussi, et j’ai fait de la couture. J’ai toujours fait des robes pour mes poupées depuis mon plus jeune âge.. Enfant unique, je m’amusais toute seule.

Mode