Nouvelle règle proposée : Toutes les productions de l’IA doivent rimer

Nouvelle règle proposée : Toutes les productions de l’IA doivent rimer

Bienvenue à Startups Weekly. S’inscrire ici pour le recevoir dans votre boîte de réception tous les vendredis.

Je sais que j’ai l’habitude de commencer Startups Weekly avec ma propre chronique (et j’en ai écrit une cette semaine, donc si vous êtes un fan de tout ce que j’écris, allez-y), mais l’article de Devin qui prend position contre la pseudanthropie de l’IA est à lire absolument. Il propose un nouvel ensemble de règles que les IA devraient suivre pour préserver notre humanité :

  1. L’IA doit rimer.
  2. L’IA ne doit pas présenter de visage ou d’identité.
  3. L’IA ne peut pas « sentir » ou « penser ».
  4. Les chiffres, les décisions et les réponses dérivées de l’IA doivent être marqués « ⸫ » .
  5. L’IA ne doit pas prendre de décisions de vie ou de mort.
  6. Les images de l’IA doivent avoir un coin coupé.

Oui, ces suggestions ne peuvent pas être mises en œuvre de manière réaliste, mais lisez tout de même l’article ; il traite en profondeur de certains des défis intéressants auxquels nous sommes confrontés à mesure que les IA deviennent plus matures et omniprésentes.

Bon, la leçon de philosophie d’aujourd’hui étant terminée, plongeons dans le vif du sujet et voyons ce qui se passe dans le Très Honorable Royaume Royal des Startups.

Voler haut, plonger profond

Crédits d’image : Oiseau

Le parcours mouvementé des startups se poursuit.

Bird, l’entreprise de scooters électriques qui a connu une période faste, s’est effondrée et a fait faillite. Après être passée d’une évaluation de 2 milliards de dollars à une situation financière catastrophique, cette entreprise, qui était autrefois la vitrine de la micromobilité, est en train de restructurer ses finances plus rapidement qu’une de ses trottinettes qui dévalent la pente avec un vent arrière. L’entreprise mise désormais sur le chapitre 11 pour continuer à tourner, mais seulement après avoir perdu quelques plumes et espéré que quelqu’un trouve suffisamment de valeur à ses actifs pour la racheter. Quelle ironie ! Leurs activités au Canada et en Europe se poursuivent comme si de rien n’était.

Je ne dirai pas « Je vous l’avais bien dit », mais ce n’est certainement pas par hasard que j’ai choisi Bird comme exemple pour le billet « Comprendre les leviers de votre entreprise » que j’ai écrit en 2018….

Quoi qu’il en soit. Voici quelques autres histoires qui vous ont fait cliquer :

A lire aussi  Le dernier modèle AlphaFold de DeepMind est plus utile pour la découverte de médicaments

Retour aux startups : Eric Wu, cofondateur d’Opendoor, abandonne son fauteuil de direction pour un pouf dans le monde des startups. Après une décennie passée à jouer à Tetris dans l’immobilier, M. Wu est prêt à recommencer à construire des choses à partir de zéro, alors que le marché immobilier est le plus difficile depuis plus de 40 ans.

Vous vous sentez plus en sécurité ? Dans une démarche moins surprenante que de découvrir que votre mot de passe est encore « Okta a racheté la société de sécurité Spera pour un montant de 100 millions de dollars. Cette dernière est une sorte de Sherlock Holmes de la cybersécurité, qui détecte les faiblesses numériques avant qu’elles ne se transforment en véritables catastrophes.

Je parie que cette lettre d’information déclenche leurs algorithmes : Meltwater, le maestro de la surveillance des médias qui danse autour des nouvelles imprimées et numériques comme une ballerine férue de technologie, vient de recevoir une tape dans le dos de 65 millions de dollars de la part de Verdane, ce qui valorise l’entreprise à 592 millions de dollars.

Quand l’intelligence artificielle est plus répandue que l’intelligence réelle

AI, intelligence artificielle,

Crédits d’image : Getty Images

Devin ouvre la boule de cristal de l’IA en 2024 et prédit des montagnes russes entre l’engouement et le retour à la réalité. Il suggère que l’OpenAI, après le remaniement de son leadership, pourrait se transformer en une centrale de produits « ship it » à la Apple, avec son propre magasin d’applications d’IA. Entre-temps, les applications de niche de l’IA, telles que les modèles basés sur des agents et les multimédias génératifs, pourraient passer du statut de « nul » à celui de « intéressant », en particulier pour les tâches monotones telles que les demandes d’indemnisation des compagnies d’assurance. Dans le domaine politique, l’IA pourrait devenir un outil de désinformation et de manipulation lors des élections de 2024, avec des comptes robots et des « fake news » (fausses nouvelles) qui aggraveront le chaos.

Je ne peux pas dire que je ne suis pas d’accord. Lorsque l’éducation aux médias est au plus bas et que l’IA est en plein essor, nous avons une tempête parfaite.

Cool cool cool. Que s’est-il passé d’autre dans la cuisine de l’IA ?

Compositeurs, compositeurs, compositeurs : Microsoft Copilot, le chatbot doté d’une intelligence artificielle, se lance dans la composition musicale en s’intégrant à l’application musicale Suno de GenAI. Les utilisateurs peuvent demander à Copilot de créer des chansons complètes, y compris les paroles et les instruments, avec des requêtes telles que « Créez une chanson pop sur les aventures avec votre famille ».

A lire aussi  Google Lens permet désormais de rechercher des affections cutanées

Hey, Spotify, fais-moi une playlist où chaque chanson commence par les lettres W, T et F : Spotify teste actuellement une fonctionnalité « AI playlists » qui permet aux utilisateurs de créer des listes de lecture à l’aide d’invites IA. Les utilisateurs peuvent taper des messages dans une boîte de type chatbot ou choisir parmi des suggestions telles que « Concentrez-vous au travail avec de l’électronique instrumentale » ou « Les chansons les plus susceptibles de faire grimper mes parents au mur ».

Désolé, Charles Ponzi, vous ne pouvez pas faire vos achats ici : Rite Aid s’est vu interdire l’utilisation de logiciels de reconnaissance faciale pendant cinq ans, après qu’il a été constaté que son « utilisation imprudente des systèmes de surveillance faciale » avait entraîné l’humiliation des clients et mis en péril des informations sensibles.

Il existe une application pour cela

top fintech stories of 2023

Crédits d’image : Bryce Durbin / TechCrunch

Apple a été condamné à verser 25 millions de dollars pour régler un procès concernant sa fonction de partage familial. Le géant du logiciel basé à Cupertino faisait la promotion d’une fonction « partage de toutes les choses » pour des applications qui n’étaient pas partageables. . non partageables. Malgré la position d’Apple, qui s’est dit « Qui, nous ? », l’entreprise a décidé d’injecter de l’argent dans le problème plutôt que d’endurer un interminable feuilleton judiciaire. Aujourd’hui, certains utilisateurs chanceux de Partage de Famille du bon vieux temps (2015-2019) pourraient recevoir un énorme paiement de 30 dollars. Cela représente trois mois d’abonnement à l’Apple TV+ après la hausse des prix. C’est bien.

Apple s’en est tiré à bon compte par rapport à la récente journée au tribunal de Google. En effet, Google a décidé d’aller chercher 700 millions de dollars dans les coussins de son canapé pour régler un procès concernant ses agissements monopolistiques sur le Play Store. Sur cette somme, 630 millions de dollars iront aux consommateurs américains et 70 millions aux États américains. Le géant de la recherche, autrefois connu pour sa devise « Do No Evil », n’a apparemment pas étendu cette devise à la distribution d’applications sur Android. Dans le cadre de cet accord, Google réorganise également son programme de facturation au choix de l’utilisateur aux États-Unis, offrant ainsi aux développeurs une plus grande liberté en matière de méthodes de facturation. Le sideloading (c’est-à-dire l’installation d’applications sans la bénédiction de Google) devient même moins un obstacle numérique. Mais ne nous réjouissons pas trop vite : comme le souligne le vice-président de la politique publique d’Epic Games, les consommateurs risquent toujours de surpayer les produits numériques en raison des frais élevés imposés par Google. Ainsi, si le portefeuille de Google s’allège, nos portefeuilles, eux, risquent de ne pas être très différents.

A lire aussi  Des chercheurs anthropologues découvrent que les modèles d'IA peuvent être entraînés à la tromperie

Les manigances judiciaires mises à part… …

Partager, c’est prendre soin : Claim, le nouveau venu des médias sociaux, tente de faire du partage des récompenses avec les amis la prochaine grande nouveauté. Elle a obtenu 4 millions de dollars de Sequoia Capital pour transformer l’achat de produits en un jeu multijoueurs.

Oh, salut, je ne t’avais pas vu : Jagat, un réseau social basé sur la localisation et axé sur les relations dans la vie réelle, a dépassé les 10 millions d’utilisateurs. Lancée en mars, cette application, qui ressemble à une carte sociale pour les amis et les activités, vise à rendre le réseautage social plus efficace, social encore.

Lien dans la bio : Linktree, la plateforme australienne de liens en bio, a racheté son concurrent Koji à GoMeta. Dans ce jeu de Monopoly numérique, Linktree ne se contente pas d’étendre son empire, mais envoie le produit de Koji à la retraite d’ici janvier 2024.

A lire sur TechCrunch cette semaine

J’ai consulté notre logiciel d’analyse pour voir ce qui méritait d’être souligné au cours de la semaine écoulée. Voici quelques lectures supplémentaires :

L’oxygène des voiles de Noël d’Apple : Apple a interrompu les ventes de ses Apple Watch Series 9 et Ultra 2 en raison d’un litige en matière de brevets avec Masimo, une entreprise de technologie médicale. Le litige porte sur le capteur d’oxygène dans le sang des smartwatches d’Apple.

Vers Xfinity et au-delà : Le service Xfinity de Comcast a été victime d’une cyberattaque qui a touché près de 36 millions de clients. La faille a potentiellement exposé les noms d’utilisateur, les mots de passe hachés, les informations de contact, les dates de naissance, des parties des numéros de sécurité sociale, ainsi que des questions et réponses secrètes.

Où étais-tu ? Google, dans une démarche qui pourrait rendre Big Brother un peu moins curieux, a annoncé son intention de stocker les données de localisation des utilisateurs sur leurs appareils plutôt que sur ses serveurs. Ce changement vise à mettre un terme à l’utilisation des « mandats de géofence », qui permettent à la police d’exiger de Google qu’il lui remette les données des appareils se trouvant dans une zone spécifique à un moment donné. Ces mandats ont été critiqués comme étant trop larges et peut-être inconstitutionnels.

IA