Microsoft mise sur les plug-ins pour les applications d’IA

Microsoft mise sur les plug-ins pour les applications d’IA

Microsoft souhaite étendre son écosystème d’applications et de services alimentés par l’IA, appelés « copilotes », grâce à des plug-ins proposés par des développeurs tiers.

En savoir plus sur Microsoft Build 2023Aujourd’hui, lors de sa conférence annuelle Build, Microsoft a annoncé qu’elle adoptait le même standard de plug-in que son proche collaborateur, OpenAI, a introduit pour ChatGPT, son chatbot alimenté par l’IA – permettant aux développeurs de construire des plug-ins qui fonctionnent à travers ChatGPT, Bing Chat (sur le web et dans la barre latérale Microsoft Edge), Dynamics 365 Copilot, Microsoft 365 Copilot et Windows Copilot nouvellement lancé.

« Je pense que dans les années à venir, cela deviendra une attente pour le fonctionnement de tous les logiciels », a déclaré Kevin Scott, directeur technique de Microsoft, dans un billet de blog partagé avec TechCrunch la semaine dernière.

Outre les déclarations audacieuses, le nouveau cadre de plug-in permet à la famille de « copilotes » de Microsoft – des applications qui utilisent l’IA pour assister les utilisateurs dans diverses tâches, telles que la rédaction d’un courrier électronique ou la génération d’images – d’interagir avec toute une série de logiciels et de services différents. À l’aide d’IDE tels que Visual Studio, Codespaces et Visual Studio Code, les développeurs peuvent créer des plug-ins qui récupèrent des informations en temps réel, intègrent des données d’entreprise ou d’autres données commerciales et prennent des mesures au nom de l’utilisateur.

Un plug-in pourrait permettre au Copilote Microsoft 365, par exemple, d’organiser un voyage conformément à la politique de voyage de l’entreprise, d’interroger un site comme WolframAlpha pour résoudre une équation ou de répondre à des questions sur la manière dont certains problèmes juridiques ont été traités dans le passé au sein d’une entreprise.

Les clients du Microsoft 365 Copilot Early Access Program auront accès à de nouveaux plug-ins de partenaires dans les semaines à venir, notamment Atlassian, Adobe, ServiceNow, Thomson Reuters, Moveworks et Mural. Bing Chat, quant à lui, verra de nouveaux plug-ins ajoutés à sa collection existante par Instacart, Kayak, Klarna, Redfin et Zillow, et ces mêmes plug-ins Bing Chat arriveront sous Windows dans le cadre de Windows Copilot.

A lire aussi  Subsets aide les entreprises d'abonnement à réduire le taux de désabonnement grâce à des "expériences de rétention" et à l'IA explicable.

Le plug-in OpenTable permet à Bing Chat de rechercher des réservations dans les restaurants, par exemple, tandis que le plug-in Instacart permet au chatbot de prendre un menu de dîner, de le transformer en liste de courses et de passer une commande pour faire livrer les ingrédients. Par ailleurs, le nouveau plug-in Bing apporte des données web et de recherche de Bing dans ChatGPT, avec des citations.

Un nouveau cadre

Scott décrit les plug-ins comme un pont entre un système d’IA, tel que ChatGPT, et les données qu’un tiers souhaite garder privées ou exclusives. Un plug-in donne à un système d’IA l’accès à ces fichiers privés, ce qui lui permet, par exemple, de répondre à une question portant sur des données spécifiques à une entreprise.

La demande d’une telle passerelle ne cesse de croître, car la protection de la vie privée devient un problème majeur avec l’IA générative, qui a tendance à laisser échapper des données sensibles, telles que les numéros de téléphone et les adresses électroniques, à partir des ensembles de données sur lesquels elle a été entraînée. Pour minimiser les risques, des entreprises comme Apple et Samsung ont interdit à leurs employés d’utiliser ChatGPT et d’autres outils d’IA similaires, craignant qu’ils ne manipulent mal et ne divulguent des données confidentielles au système.

Ce que fait un plugin, c’est dire « Hé, nous voulons rendre ce modèle réutilisable et fixer des limites à son utilisation », a déclaré John Montgomery, CVP de la plateforme d’IA chez Microsoft, dans un communiqué de presse.

A lire aussi  LastMile AI conclut un tour de table de 10 millions de dollars pour "opérationnaliser" les modèles d'IA

Il existe trois types de plug-ins dans le nouveau cadre de Microsoft : Les plug-ins ChatGPT, les extensions de messages Microsoft Teams et les connecteurs Power Platform.

Plugins Microsoft Copilot

Crédits d’image : Microsoft

Les extensions de messages Teams, qui permettent aux utilisateurs d’interagir avec un service web par le biais de boutons et de formulaires dans Teams, ne sont pas nouvelles. Il en va de même pour les connecteurs Power Platform, qui agissent comme une enveloppe autour d’une API permettant au service sous-jacent de « dialoguer » avec les applications du portefeuille Power Platform de Microsoft (par exemple, Power Automate). Mais Microsoft élargit leur portée, en permettant aux développeurs d’utiliser des extensions de messages et des connecteurs nouveaux et existants pour étendre Microsoft 365 Copilot, la fonction d’assistant de l’entreprise pour les applications et services Microsoft 365 tels que Word, Excel et PowerPoint.

Par exemple, les connecteurs Power Platform peuvent être utilisés pour importer des données structurées dans le « Dataverse », le service de Microsoft qui stocke et gère les données utilisées par les apps d’entreprise internes, auxquelles Microsoft 365 Copilot peut ensuite accéder. Lors d’une démonstration pendant la Build, Microsoft a montré comment Dentsu, une société de relations publiques, a utilisé Microsoft 365 Copilot avec un plug-in pour Jira et des données provenant de Confluence d’Atlassian sans avoir à écrire de nouveau code.

Microsoft indique que les développeurs pourront créer et déboguer leurs propres plug-ins de différentes manières, notamment par le biais de sa famille d’applications Azure AI, qui ajoute des capacités permettant d’exécuter et de tester les plug-ins sur les données privées de l’entreprise. Azure OpenAI Service, le produit géré de Microsoft destiné aux entreprises et conçu pour leur donner accès aux technologies d’OpenAI avec des fonctions de gouvernance supplémentaires, prendra également en charge les plug-ins. Enfin, Teams Toolkit pour Visual Studio sera doté de fonctions permettant de piloter les plug-ins.

A lire aussi  Bing Chat de Microsoft arrive dans Chrome et Safari dans le cadre de tests pour "certains utilisateurs".

Transition vers une plateforme

En ce qui concerne le mode de distribution, Microsoft indique que les développeurs pourront configurer, publier et gérer les plug-ins via le portail des développeurs pour Teams, entre autres. Ils pourront également les monétiser, bien que l’entreprise n’ait pas précisé le mode de tarification.

Quoi qu’il en soit, avec les plug-ins, Microsoft joue son va-tout dans la course hautement compétitive de l’IA générative. Les plug-ins transforment les « copilotes » de l’entreprise en agrégateurs, les mettant sur la voie de devenir des guichets uniques pour les entreprises et les consommateurs.

Microsoft perçoit sans aucun doute l’opportunité de verrouillage comme étant de plus en plus importante alors que l’entreprise est confrontée à la pression concurrentielle des startups et des géants de la technologie qui développent l’IA générative, y compris Google et Anthropic. On pourrait imaginer que les plug-ins deviennent une nouvelle source de revenus lucrative au fur et à mesure que les applications et les services s’appuient de plus en plus sur l’IA générative. Getty Images et Reddit, entre autres, ont pris des mesures pour empêcher les entreprises de former l’IA générative sur leurs données sans une certaine forme de compensation.

Je m’attends à ce que les rivaux répondent au cadre de plug-ins de Microsoft et d’OpenAI par leurs propres cadres de plug-ins. Mais Microsoft a l’avantage du premier arrivé, comme OpenAI l’a eu avec ChatGPT. Et cela ne doit pas être sous-estimé.

IA