Microsoft Copilot se dote d’une fonction de création musicale grâce à l’intégration de Suno

Microsoft Copilot se dote d’une fonction de création musicale grâce à l’intégration de Suno

Microsoft Copilot, le chatbot de Microsoft alimenté par l’IA, peut désormais composer des chansons grâce à une intégration avec l’application de musique générique de l’IA Suno.

Les utilisateurs peuvent saisir des messages dans Copilot, tels que « Créez une chanson pop sur les aventures de votre famille », et Suno, via un plugin, donne vie à leurs idées musicales. D’une simple phrase, Suno peut générer des chansons complètes, y compris les paroles, les instruments et les voix.

Les utilisateurs de Copilot peuvent accéder à l’intégration de Suno en lançant Microsoft Edge, en visitant Copilot.Microsoft.com, en se connectant avec leur compte Microsoft et en activant l’option Suno ou en cliquant sur le logo Suno qui dit « Make music with Suno ».

« Nous pensons que ce partenariat ouvrira de nouveaux horizons à la créativité et à l’amusement, en rendant la création musicale accessible à tous », peut-on lire dans un billet publié ce matin sur le blog de Microsoft Bing. « Cette expérience sera proposée aux utilisateurs à partir d’aujourd’hui et s’intensifiera dans les semaines à venir.

Les géants de la technologie et les startups investissent de plus en plus dans les technologies de création musicale basées sur l’IA. En novembre, DeepMind, le laboratoire d’IA de Google, et YouTube se sont associés pour lancer Lyria, un modèle d’IA génique pour la musique, et Dream Track, un outil à accès limité permettant de créer des morceaux d’IA dans les YouTube Shorts. Meta a publié plusieurs de ses expériences en matière de génération de musique par l’IA. Par ailleurs, Stability AI et Riffusion ont lancé des plateformes et des applications pour créer des chansons et des effets à partir d’invites.

Microsoft Copilot music

Crédits d’image : Microsoft

Mais de nombreux problèmes éthiques et juridiques liés à la musique synthétisée par l’IA n’ont pas encore été résolus.

A lire aussi  Tim Cook, PDG d'Apple, affirme que l'IA est une technologie fondamentale et confirme ses investissements dans l'IA générative

Les algorithmes d’IA « apprennent » à partir de la musique existante pour produire des effets similaires, un fait avec lequel tous les artistes – ou les utilisateurs de l’IA générique – ne sont pas à l’aise, en particulier dans les cas où les artistes n’ont pas consenti à ce qu’un algorithme d’IA s’entraîne sur leur musique et n’ont pas reçu de compensation pour cela. Le responsable audio de l’IA générique de Stability AI a démissionné après avoir déclaré que l’IA générique « exploite les créateurs », et les Grammys ont exclu les chansons entièrement générées par l’IA de leur sélection pour les récompenses.

De nombreuses entreprises d’IA générique soutiennent que l’utilisation équitable les dispense de payer les artistes dont les œuvres sont publiques, même si elles sont protégées par des droits d’auteur. Il s’agit toutefois d’un terrain juridique inexploré.

Pour sa part, Suno ne révèle pas la source de ses données d’apprentissage de l’IA sur son site web – et n’empêche pas les utilisateurs de saisir des invites telles que « dans le style de (l’artiste) », contrairement à d’autres outils musicaux d’IA générative.

Alors que la question des droits d’utilisation est débattue devant les tribunaux, des morceaux faits maison qui utilisent l’IA générique pour évoquer des sons familiers pouvant être considérés comme authentiques – ou du moins assez proches – sont devenus viraux. Les labels musicaux se sont empressés de les signaler à leurs partenaires de diffusion en continu, en invoquant des problèmes de propriété intellectuelle – et ils ont généralement eu gain de cause. Mais les créateurs d’outils d’IA génériques ont tout simplement migré ailleurs, dans la clandestinité.

A lire aussi  Google Maps propose désormais des itinéraires en un clin d'œil et une vue immersive élargie

La clarté sur le statut juridique de la musique issue de l’IA générique pourrait bientôt arriver – si ce n’est par le biais de décisions de justice. Un projet de loi récemment déposé au Sénat donnerait aux artistes, notamment aux musiciens, des recours lorsque leur image numérique, y compris leur style musical, a été utilisée sans leur autorisation.

IA