L’IA fait fuir les cerveaux dans les universités

L’IA fait fuir les cerveaux dans les universités

Comme on peut s’y attendre on peut s’attendre à ce que de nombreux étudiants qui obtiennent un doctorat dans un domaine lié à l’IA finissent par rejoindre une entreprise d’IA, qu’il s’agisse d’une startup ou d’un géant de la Big Tech.

Selon le rapport 2021 Artificial Intelligence Index de Stanford, le nombre de nouveaux titulaires d’un doctorat en IA en Amérique du Nord entrant dans l’industrie de l’IA après l’obtention de leur diplôme est passé de 44,4 % en 2010 à environ 48 % en 2019. En revanche, la part des nouveaux docteurs en IA entrant dans le monde universitaire a chuté de 42,1 % en 2010 à 23,7 % en 2019.

La volonté de l’industrie privée de payer le prix fort pour les talents de l’IA est probablement un facteur contributif.

Les offres d’emploi des plus grandes entreprises d’IA, comme OpenAI et Anthropic, indiquent des salaires mirobolants allant de 700 000 à 900 000 dollars pour les nouveaux chercheurs, selon les données du service de négociation salariale Rora. Google serait même allé jusqu’à offrir d’importantes subventions sous forme d’actions restreintes pour motiver les meilleurs scientifiques des données.

Si les diplômés en intelligence artificielle se réjouissent sans doute de cette tendance – qui ne tuerait pas pour un salaire de départ aussi élevé -, elle a un impact alarmant sur le monde universitaire.

Une enquête de 2019 coécrite par des chercheurs de l’Université hébraïque de Jérusalem et de la Cheung Kong Graduate School of Business à Beijing a révélé que près de 100 professeurs d’IA ont quitté les universités nord-américaines pour des emplois dans l’industrie entre 2018 et 2019 – une cohorte surdimensionnée dans le contexte d’un domaine spécialisé de l’informatique. Entre 2004 et 2019, Carnegie Mellon a vu partir à elle seule 16 professeurs d’IA, tandis que le Georgia Institute of Technology et l’Université de Washington en ont perdu une douzaine chacun, selon l’étude.

A lire aussi  L'IA n'est pas et ne sera pas de sitôt maléfique ou même intelligente, mais elle est aussi irréversiblement omniprésente.

IA