Les femmes dans l’IA : Eva Maydell, membre du Parlement européen et conseillère pour la loi sur l’IA de l’UE

Les femmes dans l’IA : Eva Maydell, membre du Parlement européen et conseillère pour la loi sur l’IA de l’UE

Afin de donner aux femmes universitaires et autres spécialistes de l’IA un temps de parole bien mérité, TechCrunch lance une série d’entretiens axés sur des femmes remarquables qui ont contribué à la révolution de l’IA. Nous publierons plusieurs articles tout au long de l’année, à mesure que l’essor de l’IA se poursuivra, afin de mettre en lumière des travaux essentiels qui passent souvent inaperçus. Lisez d’autres profils ici.

Eva Maydell est une femme politique bulgare et membre du Parlement européen. Élue pour la première fois au Parlement en 2014 à l’âge de 28 ans, elle était la plus jeune députée en fonction à l’époque. En 2019, Maydell a été réélue au Parlement, où elle continue de siéger à la commission des affaires économiques et monétaires et à la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie (ITRE).

Maydell a été le rapporteur de l’ITRE pour la loi européenne sur l’IA, le cadre juridique proposé pour régir la vente et l’utilisation de l’IA dans l’Union européenne, et en tant que tel, elle a été chargée de rédiger un rapport sur la proposition de la Commission européenne – reflétant l’opinion des membres de l’ITRE. Maydell, en consultation avec des experts externes et des parties prenantes, a également été chargée de rédiger des amendements de compromis.

Table des matières

Eva Maydell, membre du Parlement européen

En quelques mots, comment avez-vous débuté dans l’IA ? Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce domaine ?

Lorsque j’ai commencé à siéger au Parlement européen, j’étais l’une des rares jeunes députées européennes à travailler sur les questions technologiques. J’ai toujours été passionnée par la façon dont l’Europe peut mieux tirer parti des énormes possibilités offertes par l’innovation technologique. L’avantage de travailler dans le domaine de la technologie, c’est que l’on est toujours tourné vers l’avenir. Ayant travaillé sur la cybersécurité, les semi-conducteurs et l’agenda numérique tout au long de mon mandat au Parlement, je savais que je trouverais le travail sur la loi sur l’IA incroyablement intéressant et que je pourrais mettre à profit mon expérience dans ces domaines pour cette première réglementation mondiale.

De quel travail êtes-vous le plus fier (dans le domaine de l’IA) ?

Je suis fier du travail que nous avons accompli sur la loi sur l’IA. Nous avons défini une vision européenne commune pour l’avenir de cette technologie – une vision dans laquelle l’IA est plus démocratique, plus sûre et plus innovante. Les régulateurs et les parlements réfléchissent naturellement à la manière de se protéger et de se préparer aux pires scénarios et aux risques, mais j’ai aussi beaucoup insisté pour que la compétitivité soit au cœur de cette conversation. J’ai notamment défendu une exemption pour la recherche et les sources ouvertes, une approche ambitieuse des bacs à sable réglementaires et l’alignement de notre travail avec nos partenaires internationaux dans la mesure du possible pour réduire les frictions du marché.

Comment faites-vous pour relever les défis d’une industrie technologique dominée par les hommes et, par extension, d’une industrie de l’IA dominée par les hommes ?

Nous voyons lentement mais sûrement plus de femmes dans la technologie et l’IA. J’ai des collègues et des amies qui travaillent dans la technologie, qui sont incroyablement talentueuses et qui font avancer les choses dans le domaine de la technologie. C’est formidable que nous ayons ce réseau pour nous soutenir mutuellement. J’ai également constaté que la communauté de l’IA m’a adoptée et c’est ce qui rend le travail sur cette question si intéressant et agréable.

A lire aussi  Matériel d'IA, malheurs de la fintech et phase de délestage du capital-risque

Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui souhaitent entrer dans le domaine de l’IA ?

Foncez ! Soyez vous-même, ne pensez pas que vous devez rester dans le moule ou être comme les autres. Chacun a quelque chose d’unique à offrir. Plus les femmes continueront à partager leurs idées, leurs visions et leur voix, plus elles inspireront d’autres femmes à entrer dans le monde de la technologie. Chaque fois que je m’adresse à des groupes d’étudiants ou à de jeunes députés européens, je suis ravie de voir qu’il y a tant de femmes intéressées par ce domaine – on peut sentir le changement qui s’opère.

Quels sont les problèmes les plus urgents auxquels l’IA est confrontée au fur et à mesure de son évolution ?

Le plus grand défi pour tout politicien travaillant sur la technologie et l’IA est d’essayer de réglementer et de préparer l’avenir avec précision. Malgré tous les faits, les chiffres et les recherches, il est difficile de regarder dans une « boule de cristal ». Les grandes questions que les politiciens devront aborder sont les suivantes :

Premièrement, comment cette technologie peut-elle rendre nos économies plus compétitives tout en garantissant des avantages sociaux plus larges ? Deuxièmement, comment empêcher l’IA d’alimenter la désinformation ? Et troisièmement, comment établir des règles internationales pour s’assurer que l’IA est développée et utilisée dans le respect des normes démocratiques ?

Quelles sont les questions dont les utilisateurs de l’IA devraient être conscients ?

Le défi très sérieux posé par l’IA en tant que moyen d’accélérer la diffusion de la désinformation et des « deepfakes ». Cet aspect est particulièrement important cette année, étant donné que 50 % de la population mondiale se rendra aux urnes pour voter. Nous devons tous porter un regard critique sur les images, les vidéos et les articles de presse que nous voyons. Au fur et à mesure que la technologie s’améliore, nous devons devenir plus vigilants pour éviter d’être manipulés. C’est une question sur laquelle je travaille beaucoup en ce moment.

A lire aussi  La grève des scénaristes est terminée ; voici comment se sont déroulées les négociations sur l'IA

Quelle est la meilleure façon de construire l’IA de manière responsable ?

Si nous voulons un avenir dans lequel l’IA améliore nos vies et nous aide à résoudre nos problèmes les plus urgents, il y a un ingrédient clé : la confiance. Nous devons faire confiance à ces technologies.

Nous ne pouvons pas nous permettre de nous reposer sur nos lauriers. La loi sur l’IA ne signifie pas que nous sommes au bout de nos peines. Nous devons continuer à nous interroger sur la suite des événements, ce qui ne signifie pas nécessairement plus de réglementation. Mais cela signifie qu’il faut constamment garder un œil sur la situation dans son ensemble, c’est-à-dire sur la manière dont l’IA et la réglementation affectent notre économie, notre sécurité et nos vies.

Comment les investisseurs peuvent-ils mieux promouvoir une IA responsable ?

Investir dans l’IA ou dans toute technologie innovante n’est pas différent d’investir dans n’importe quel autre produit. Les entreprises, les banques et les sociétés sont conscientes du fait qu’il y a des avantages financiers significatifs à être une force positive dans le monde qui nous entoure. En fin de compte, la mise à l’échelle de l’IA d’une manière responsable est plus susceptible de soutenir le succès, de réduire les risques financiers et les échecs, et donc de créer la confiance des consommateurs et du marché.

IA