Le premier conseil d’administration de l’OpenAI compte Larry Summers dans ses rangs

Le premier conseil d’administration de l’OpenAI compte Larry Summers dans ses rangs

Voici le nouveau conseil d’administration d’OpenAI : Bret Taylor, Larry Summers et Adam D’Angelo. Ou, plus précisément, le conseil d’administration pour le moment.

Vers 1 heure du matin, heure de l’Est, mardi, OpenAI a annoncé que, après que l’ancien conseil d’administration de la société a brusquement renvoyé Sam Altman en tant que PDG vendredi dernier, il avait conclu un accord « en principe » pour qu’Altman revienne à OpenAI en tant que PDG avec une nouvelle liste « initiale » de membres du conseil d’administration. (Il remplacera le CEO intérimaire Emmett Shear, qui, avec le CTO d’OpenAI Mira Murati, a été le plus bref à la tête de l’entreprise). Taylor, ancien co-PDG de Salesforce, présidera ce conseil, aux côtés de D’Angelo, PDG de Quora – un ancien membre du conseil d’administration d’OpenAI – et de Summers.

Le terme « initial » implique que le conseil est transitoire plutôt que permanent. Et comme il s’agit d’une épreuve « en principe », c’est loin d’être concret. Nous devrons attendre une clarification de la part d’OpenAI, qui viendra probablement à une heure plus raisonnable de la journée de travail.

Si l’on en croit le rapport de Verge, le conseil d’administration final d’OpenAI comptera neuf membres au total, dont probablement Altman et un cadre de Microsoft. Microsoft aurait réfléchi à la possibilité d’obtenir un siège au conseil d’administration avant la percée de mardi, ce qui pourrait donner lieu à un examen réglementaire compte tenu de la relation de l’entreprise avec OpenAI. Le géant de la technologie estime manifestement qu’il vaut la peine de garantir la gouvernance et la surveillance.

Le nom de Taylor a été évoqué dans des rapports au cours des derniers jours en tant que candidat potentiel à un nouveau conseil d’administration de l’OpenAI. Et il n’est pas exclu que D’Angelo, qui aurait été profondément impliqué dans les négociations pour ramener Altman dans le giron de l’OpenAI, ait le soutien nécessaire pour conserver son siège. Mais Summers est un peu un joker, du moins à première vue.

A lire aussi  GitHub rend Copilot Chat accessible à tous, permettant aux développeurs de poser des questions sur le code.

Économiste, M. Summers a été secrétaire au Trésor américain de 1999 à 2001 et directeur du Conseil économique national de 2009 à 2010. Plus récemment, il a dirigé le Conseil économique national de la Maison Blanche pour le président Barack Obama, où il a joué un rôle clé dans l’élaboration de la réponse de l’administration Obama à la Grande Récession.

Maintenant, vous pourriez vous demander ce qu’un économiste et vétéran de la politique – qui plus est controversé, compte tenu de ses commentaires en tant que président de Harvard sur les différences innées entre les sexes et la façon dont elles empêchent les femmes de s’épanouir dans les mathématiques et les sciences – fait au sein du nouveau conseil d’administration de l’OpenAI ? La présence d’un outsider de la technologie au conseil d’administration d’une startup n’est pas sans précédent, tout d’abord. Will Hurd, membre républicain de la Chambre des représentants, y a siégé à un moment donné, mais il a renoncé à ce siège pour se lancer dans une course présidentielle malheureuse.

Mais la nomination de M. Summer est également stratégique, comme me l’a fait remarquer ma collègue Ingrid Lunden par texto. L’OpenAI étant de plus en plus scrutée par les politiques, M. Summers apporte les connexions dont l’OpenAI aura besoin – et qu’elle souhaitera – avec les gouvernements, les entreprises et le monde universitaire.

Un article de Bloomberg note que M. Summers siège déjà à plusieurs conseils d’administration dans le domaine de la technologie, notamment celui de Block, la société de paiement, et celui de la société de logiciels Skillsoft Corp. Il est également conseiller auprès d’Andreessen Horowitz.

A lire aussi  Microsoft met fin à Cortana dans Windows et se concentre sur l'IA de nouvelle génération

Il a des idées bien arrêtées sur l’IA, ce qui correspond bien sûr aux intérêts de l’OpenAI.

Summers a déclaré publiquement qu’il pensait que l’IA remplacerait les emplois américains dans 50 à 100 ans et a souligné la nécessité pour les États-Unis de rester compétitifs dans le domaine de l’IA face à des rivaux géopolitiques tels que la Chine. Il a également comparé ChatGPT, le chatbot viral d’OpenAI alimenté par l’IA, à la presse à imprimer et à l’électricité, prédisant qu’il « (viendrait) pour la classe cognitive » – rendant les emplois plus qualifiés obsolètes en premier.

Ilya Sutskever, scientifique en chef d’OpenAI, est l’un des grands perdants de cette affaire. Il aurait fait partie du contingent du conseil d’administration qui a poussé à la révocation d’Altman, et il a apparemment été contraint de renoncer à une grande influence au sein de l’entreprise qu’il a contribué à cofonder avec Altman il y a environ huit ans. Si l’on en croit son récent message sur X (anciennement Twitter), il le regrette vivement. Je pense que n’importe qui dans sa position le ferait.

L’entrepreneuse Tasha McCauley et Helen Toner, directrice du Centre pour la sécurité et les technologies émergentes de Georgetown, sont également exclues. Si l’on en croit les informations publiées hier soir, M. Altman sera particulièrement satisfait de l’éviction de cette dernière. En effet, M. Altman aurait tenté de faire retirer Mme Toner du conseil d’administration au début de l’année en raison d’un article qu’elle avait co-écrit et qui jetait un éclairage critique sur les pratiques d’OpenAI en matière de sécurité.

Quant à Brockman, qui a démissionné de son poste de président de l’OpenAI vendredi pour protester contre la décision du conseil d’administration d’exclure Altman, son sort n’était pas clair au départ. L’ancien conseil d’administration a exclu M. Brockman et l’annonce faite par l’OpenAI mardi n’a rien dit de sa reconduction.

A lire aussi  Pinterest vante les progrès du partenariat avec Amazon et l'IA dans ses résultats du deuxième trimestre

Mais Brockman a confirmé dans un tweet qu’il « reviendrait à OpenAI », même si ce n’est peut-être pas en tant que président.

Mise à jour à 11h17 (heure de l’Est) avec des informations supplémentaires sur Larry Summers.

IA