Le mois de décembre sera-t-il synonyme de démarrage de l’hiver ?

Le mois de décembre sera-t-il synonyme de démarrage de l’hiver ?

Bienvenue à Startups Weekly. S’inscrire ici pour le recevoir dans votre boîte de réception tous les vendredis.

Les emprunts sont devenus plus chers et les bénéfices plus difficiles à obtenir, ce qui signifie que 2023 a été une année sauvage au pays des startups. Les données de PitchBook suggèrent qu’environ 3 200 startups – représentant un total de 27,2 milliards de dollars en financement à risque – ont fait faillite, un grand nombre d’entre elles étant en mode zombie : Incapables de se développer, incapables de lever des fonds, elles s’en sortent tout juste assez bien pour éviter la fermeture. Des licenciements ont lieu – également en décembre – et au cours des deux prochaines semaines, un grand nombre de startups fermeront leurs portes, afin de ne pas retarder l’inévitable jusqu’à une nouvelle année fiscale. Je me pencherai plus en détail sur cette question au cours des deux prochaines semaines, alors restez à l’écoute.

Par ailleurs : J’étais censé écrire cette lettre d’information, mais j’ai fini par jouer au quiz de TechCrunch pendant bien trop longtemps. Mon score était … … terriblement faible, étant donné que j’ai littéralement lu tous les articles du site au cours de l’année écoulée pour écrire cette newsletter. Malgré tout, c’était amusant – essayez-le !

Quand les IA débarquent

Crédits d’image : Devin Coldewey / TechCrunch

J’adore quand mes collègues s’enfoncent dans le monde des nerds. C’est certainement l’une des caractéristiques du travail de Devin de temps en temps ; dans ce cas, il parle de la façon dont les fans de « Star Trek : Deep Space Nine » utilisent l’IA pour améliorer l’aspect de l’ancienne série parce qu’il n’y a pas de version officielle de haute qualité. Ils utilisent l’IA pour ajouter des détails aux épisodes originaux, ce qui est difficile et demande beaucoup d’efforts – mais c’est très prometteur. Devin conclut que cette technologie pourrait être un moyen intéressant pour les entreprises de revaloriser de vieilles émissions, mais qu’il y a encore des obstacles juridiques et techniques à surmonter. Ne manquez pas son ode de 3 000 mots à la dé-grainification.

A lire aussi  Les enjeux augmentent à mesure que les générateurs de pornographie par IA s'améliorent

L’autre intello de la semaine en matière d’IA est Ron, qui s’est penché sur la pertinence des modèles d’IA traditionnels dans les entreprises, malgré la montée en puissance des grands modèles de langage (LLM). C’est logique : Les LLM sont en quelque sorte le Leatherman des outils d’IA : Ils font en quelque sorte tout. Je ne sors jamais de chez moi sans mon Leatherman, qui m’a aidé à me sortir de bien des situations délicates, mais si je dois construire une maison ou réparer une voiture, je sors la trousse à outils plus spécialisée.

Plus de nouvelles sur l’IA cette semaine :

Ceci m’a vraiment ému : Alors que vous pensiez que vos photos en ligne étaient en sécurité, voici Animate Anyone qui les transforme en deepfakes vidéo étrangement réalistes – parce que les vieilles photos truquées n’étaient pas assez troublantes.

G-oops-le : Le nouveau modèle d’IA de Google, Gemini, n’est pas vraiment un succès, les premiers utilisateurs ayant trouvé plus de bêtises que d’exploits dans ses réponses. Il s’avère que même Google peut avoir un « oups » dans le monde de l’IA.

L’approche Pokémon des startups : Elon Musk, qui semble ne jamais se lasser de lancer de nouvelles entreprises, cherche maintenant à obtenir un milliard de dollars pour sa dernière escapade dans le domaine de l’IA – xAI – car pourquoi se contenter de diriger quelques entreprises quand on peut ajouter une autre startup dans le domaine de l’IA à sa collection ?

Cette semaine dans Elon Times

Le PDG de Tesla, Elon Musk, regarde vers le haut alors qu'il s'adresse aux invités lors de la réunion Offshore Northern Seas 2022 (ONS) à Stavanger, en Norvège, le 29 août 2022.

Crédits d’image : CARINA JOHANSEN/NTB/AFP / Getty Images

Elon Musk m’ennuie comme tout le monde, mais il faut lui reconnaître un mérite : il ne manque pas d’attirer l’attention. Rarement pour de bonnes raisons, récemment, il faut le dire.

A lire aussi  Amazon CodeWhisperer se dote d'un niveau entreprise

Darrell résume la situation dans son article « The end of Elon », où il dissèque – la langue fermement plantée dans la joue et le compteur de sarcasmes tourné à 11 – le lancement du Tesla Cybertruck (spoiler : Il s’agit d’un peu de rien ; on ignore encore beaucoup de choses sur le camion) et l’approche unique de Musk pour gérer ses différentes entreprises – y compris le fait de dire aux annonceurs de X (anciennement Twitter) d’aller faire quelque chose d’improbable sur le plan anatomique.

Bien sûr, il y a eu (beaucoup) d’autres nouvelles liées à Musk cette semaine, et si vous voulez tout savoir, faites défiler rapidement notre tag Elon Musk.

Ce qui monte . . : SpaceX investit 2,2 millions de dollars dans une entreprise de parachutes, parce qu’apparemment, fabriquer des parachutes qui ne se déforment pas dans l’espace est plus difficile que la science des fusées.

Continuez comme ça : La Tesla Cyberbeast : Lourde, rapide et un peu juste en matière de remorquage par rapport à ses rivales électriques à prix élevé – mais bon, qui compte quand on est au volant d’une bête anguleuse ?

Montrez-moi l’argent : X a obtenu des licences pour le traitement des paiements dans 12 États américains, se rapprochant ainsi de la vision de Musk de transformer la plateforme en une « application pour tout ». Compte tenu des récents départs d’annonceurs et des controverses, il semble qu’il y ait plus de drame que d’argent dans le grand plan de Musk – pour l’instant.

Shutdown City

Crédits d’image : Bryce Durbin (s’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Après l’apogée de 2021, un certain nombre de startups s’effondrent après avoir échoué à atteindre leurs objectifs. Observons un moment de silence pour certains de nos frères tombés en disgrâce :

A lire aussi  Rabbit construit un modèle d'IA qui comprend le fonctionnement des logiciels

À son lieu de zestage final : En passant d’une valorisation de 450 millions de dollars à la fermeture, même le soutien de Goldman Sachs n’a pas réussi à mettre du piment dans la survie de ZestMoney.

Il s’en est fallu de peu : L’entreprise de technologie éducative Doubtnut apprend à ses dépens qu’un tiens vaut mieux que deux tu l’auras, en se vendant pour 10 millions de dollars après avoir laissé passer une offre de 150 millions de dollars de la part de Byju’s.

Aujourd’hui, ce n’est plus aussi fabuleux : De la licorne à l’extinction : le constructeur de maisons préfabriquées Veev prouve que s’élever au rang de milliardaire ne garantit pas des fondations solides.

Top lectures sur TechCrunch cette semaine

Cela ne vous suffit pas ? Très bien, voici une collection des articles les plus appréciés et les plus lus de la semaine dernière :

Est-ce un oiseau ? Est-ce un avion ? Le Roadrunner, la nouvelle arme de chasse d’Anduril, atterrit avec la grâce d’un Falcon 9.

Versez-m’en un autre : Liquid AI, une entreprise dérivée du MIT, pense qu’il est temps de changer le jeu de l’IA avec son nouveau « réseau neuronal liquide », car qui a besoin d’un autre clone de GPT quand on peut avoir une IA inspirée par le cerveau des vers et fonctionnant sur un Raspberry Pi…. . .

Oui, mais portera-t-il un bonnet ? Les anciens ingénieurs de SpaceX sauvent maintenant la planète avec un « moteur de fusée végétarien », parce qu’apparemment tirer des trucs dans l’espace n’était pas assez cool. Par ailleurs, les fusées précédentes étaient-elles pleines de bacon ? Je ne sais plus où j’en suis.

C’est électrisant : GM et Toyota, bienvenue dans le club « Oops, We Missed the EV Bus » !

Cassage de rotules et records sur YouTube : Grand Theft Auto VI vient de voler la couronne YouTube de MrBeast, en accumulant plus de vues en une journée qu’un philanthrope généreux ne pourrait en rêver.

IA