L’ancienne Première ministre finlandaise Sanna Marin s’exprime sur la Russie, le leadership des femmes et l’IA

L’ancienne Première ministre finlandaise Sanna Marin s’exprime sur la Russie, le leadership des femmes et l’IA

Au début du mois, lors de la conférence technologique Slush à Helsinki, cette rédactrice a eu l’occasion de s’entretenir avec Sanna Marin, la populaire ancienne première ministre finlandaise qui s’est fait connaître internationalement pour ses sorties entre amis, mais dont les réalisations au pouvoir sont bien plus importantes, notamment le fait d’avoir réussi à pousser la Finlande à rejoindre l’OTAN pour mieux protéger le pays de son voisin, la Russie, après l’invasion de cette dernière en Ukraine.

Marin, qui s’est retirée de la vie politique finlandaise en septembre, travaille aujourd’hui à l’Institut Tony Blair en tant que conseillère stratégique ; elle travaille également sur une startup avec l’un de ses conseillers politiques de longue date. Toutefois, au vu de la foule enthousiaste que Marin a attirée lors de notre conversation à Slush, il est facile d’imaginer qu’elle reviendra un jour dans l’arène politique.

Elle n’a pas exclu cette possibilité lors de notre entretien. Cependant, nous avons passé beaucoup plus de temps à parler de ce que l’agression de la Russie signifie pour le reste du monde, des raisons pour lesquelles les femmes devraient plus facilement se fier à elles-mêmes dans les positions de pouvoir, et des promesses et des dangers de l’IA – et de ce que les législateurs devraient faire à ce sujet. Voici des extraits de cette discussion, légèrement édités pour des raisons de longueur et de clarté.

Fin 2019, vous avez accepté un poste qui est généralement l’aboutissement d’une longue carrière dans le service public, et vous l’avez accepté assez tôt (à l’âge de 34 ans). Qu’est-ce que cela vous a fait d’être propulsé à ce poste ?

Bien sûr, quand on accepte ce genre de poste ou de travail, on n’est jamais tout à fait prêt. C’est en faisant le travail que l’on apprend ce qu’est le travail, c’est donc un acte de foi. En Finlande, nous avons eu quelques femmes premiers ministres, mais si nous regardons au niveau mondial, la situation n’est pas très bonne. Les Nations unies comptent 193 pays et seuls 13 d’entre eux sont dirigés par des femmes, de sorte que le monde n’est pas très égalitaire (en matière de leadership) et ne l’a jamais été. J’espère seulement que nous verrons plus de femmes diriger dans le monde à l’avenir.

Nous sommes assis ici devant un très large public de fondateurs d’entreprises technologiques qui tentent d’abattre des murs et de briser des plafonds de verre. Quel conseil leur donneriez-vous ?

Mon principal conseil est de vous faire confiance. Croyez en vous. Si vous êtes en mesure d’occuper une position de leader, dites-vous que vous en êtes peut-être capable et que vous pouvez peut-être y arriver. Peut-être que je peux le faire. Les femmes, en particulier, se posent souvent des questions. Sont-elles prêtes pour ce travail ? Sont-elles assez bonnes ? Peuvent-elles tout faire parfaitement ? Les hommes ne pensent pas ainsi. Ils se disent : « Oui, je suis meilleur. Je suis le meilleur pour ce travail ». Je pense que les femmes ont également besoin de cette attitude et qu’elles ont besoin d’être soutenues et encouragées à prendre des risques et à occuper des postes de direction, parce que les femmes sont de bonnes dirigeantes. Et si vous en êtes au point où vous pouvez occuper ce poste, c’est que vous êtes douée et capable. Alors, foncez.

A lire aussi  Plongée dans les affaires : Une application d'IA qui n'est pas seulement marginalement meilleure

Vous avez traversé beaucoup d’épreuves en tant que Premier ministre. Peu après votre élection, le COVID s’est emparé du monde. L’année dernière, la Russie a envahi l’Ukraine. Vos relations avec la Russie sont très longues et compliquées. Vous avez une très longue frontière avec la Russie. Pouvez-vous nous rappeler le jour où vous avez appris la nouvelle (de l’invasion) et ce qui vous est passé par la tête ?

Je m’en souviens très bien, comme si c’était hier, car nous savions alors qu’il était probable que la Russie attaque l’Ukraine. Au cours de l’été (précédent), presque six mois plus tôt et pendant tout l’automne, la Russie a, par exemple, ralenti les flux d’énergie vers l’Europe pour réduire le stockage des différents pays, ce qui lui a permis d’utiliser l’énergie comme une arme contre l’Europe par la suite. La Russie a également déployé de nombreuses troupes près de la frontière ukrainienne, en disant qu’il s’agissait d’un exercice et qu’elle n’attaquerait pas. Nous savons maintenant qu’il s’agissait d’un mensonge. De nombreux dirigeants étaient en contact avec Poutine, essayant de trouver des voies diplomatiques et pacifiques pour sortir de la situation avant que l’attaque ne commence, et il ment à tout le monde. Nous devons en tirer les leçons. J’ai dit à maintes reprises que les pays occidentaux, les pays démocratiques du monde entier, devraient cesser d’être naïfs. Nous devrions nous éveiller aux régimes autoritaires et (reconnaître que) c’est ainsi qu’ils fonctionnent et voient le monde, et leur logique est très différente de celle des pays démocratiques. Dans le cas de la Russie, nous pensions qu’en raison des liens économiques et commerciaux étroits que nous entretenons avec elle, ces liens pourraient garantir la paix, car il serait si coûteux et si stupide de déclencher une guerre. Parce que c’est stupide. C’est illogique, de notre point de vue. Mais les pays autoritaires ne pensent pas comme cela. Cela n’a donc rien empêché.

Vous avez déjà parlé de la naïveté des gens lorsqu’il s’agit de traiter avec des gouvernements autoritaires, y compris dans le domaine de la technologie, où vous estimez que l’autonomie est également importante. Je vous ai entendu exprimer votre inquiétude quant à la forte dépendance de l’Europe à l’égard des puces chinoises, par exemple. Comment évaluez-vous les progrès de la Finlande dans ce domaine ?

La Finlande s’en sort plutôt bien par rapport à beaucoup d’autres pays…. En ce qui concerne la technologie, le plus important est d’investir dans l’éducation, de la petite enfance à l’université, et d’investir massivement dans la recherche et le développement ainsi que dans les nouvelles innovations. . . En Finlande, nous avons convenu de porter le financement de la recherche et du développement à 4 % de notre PIB d’ici à 2030, ce qui est un objectif très ambitieux… Mais je suis optimiste et je veux croire que la technologie peut réellement nous aider à résoudre les grands problèmes de l’avenir, tels que le changement climatique, la perte de biodiversité, les pandémies et d’autres problèmes cruciaux. Nous avons donc besoin de solutions techniques. Nous avons besoin d’innovation. Et nous devons nous assurer que nous disposons également des plateformes et de la volonté d’encourager cette construction. . .

A lire aussi  Amazon lance son service d'IA générative Bedrock en disponibilité générale

Comment évaluez-vous le travail de la Commission européenne ?

À bien des égards, la situation en Ukraine a approfondi les relations entre l’Europe et les États, ainsi que la Grande-Bretagne. L’Europe dans son ensemble a un rôle important à jouer pour s’assurer que nous avons de bonnes règles au niveau international lorsqu’il s’agit des grandes technologies et du développement de l’IA. Nous avons donc besoin de règles éthiques que tous les pays du monde devraient ou devraient suivre. Je vois beaucoup de risques si la Commission européenne ou d’autres organes législatifs ne travaillent pas avec les entrepreneurs ou les entreprises du secteur privé, car le développement des nouvelles technologies est si rapide que la coopération est essentielle. J’aimerais voir plus d’interaction et de coopération entre le privé et le public.

L’IA est déjà très bénéfique dans les domaines de la santé et de l’éducation. Nous entendons également de plus en plus parler des risques pour l’humanité. Je sais que l’IA vous enthousiasme depuis un certain temps. Avez-vous changé d’avis sur son potentiel ?

Toute technologie – toute nouveauté – comporte des risques. Il y a toujours un côté négatif à tout. Mais il y a aussi un côté positif, et c’est pourquoi j’aimerais qu’il y ait de plus en plus d’interactions entre ceux qui créent la technologie et les législateurs qui créent les règles pour ces technologies … afin que nous puissions nous assurer qu’il y a plus de côtés positifs que négatifs.

J’aime l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée en Finlande, et j’aime aussi le fait qu’il y ait une certaine aversion pour la richesse démesurée, à l’extrême opposé de ce que nous voyons aux États-Unis et en particulier dans la région de la Baie, où les gens ont tendance à se valoriser en fonction de l’argent qu’ils gagnent. Je me demande s’il s’agit là d’un obstacle à l’ambition ou à l’attraction et à la fidélisation des entrepreneurs.

Il est très important d’avoir un équilibre dans sa vie. Si vous ne faites que travailler, vous pouvez travailler très dur pendant un certain temps, mais vous finirez par vous épuiser. Je pense que nous devrions encourager l’ambition, mais aussi (veiller à ce que les gens) aient du temps libre à consacrer à leur famille. En fait, nous avons renouvelé le système de congé parental en Finlande (lorsque je dirigeais le gouvernement) pour faire en sorte que les pères disposent de plus de temps pour s’occuper de leurs jeunes enfants, tout en permettant aux mères de développer leur carrière. Je n’ai jamais rencontré de père qui ait dit : « Je regrette vraiment d’avoir passé du temps avec mon enfant quand il était petit », n’est-ce pas ? Personne ne dit jamais cela. Ce temps passé loin du travail permet aux gens de prendre du recul.

A lire aussi  DeepMind s'associe à Google Cloud pour filigraner les images générées par l'IA

Vous êtes aujourd’hui consultant politique auprès de l’Institut Tony Blair. Que pensez-vous de la caractérisation du TBI comme le « McKinsey des dirigeants mondiaux » ?

Eh bien, (ma conseillère de longue date Tuulia Pitkänen) et moi-même avions l’habitude de faire cela, en travaillant dans près de 40 pays à travers le monde, en conseillant les gouvernements, en conseillant les chefs d’État sur différents sujets. Bien sûr, cela varie d’un pays à l’autre, qu’il s’agisse d’agriculture, de technologie ou de bien d’autres choses, et mon travail (au TBI) consiste (de la même manière) à conseiller les chefs d’État et les différents gouvernements sur certaines questions. Vous savez, lorsque vous êtes dans cette position de leadership, à la tête d’un pays, personne ne le comprend vraiment. On ne peut pas le lire dans un livre, il faut en faire l’expérience. Les dirigeants ont donc besoin de ce type d’interaction, de parler avec des personnes qui connaissent vraiment le métier, qui savent à quel point il est difficile et qui connaissent tous les facteurs à prendre en compte pour exercer ce métier. C’est donc mon travail. Mais je fais aussi beaucoup d’autres choses, comme prendre la parole lors de différents événements et interagir avec les gens. Je veux toujours changer le monde. Je n’ai pas perdu ma passion pour les questions qui m’ont poussé à faire de la politique. J’ai toujours toutes ces passions, mais maintenant j’ai bien sûr plus de liberté pour faire d’autres choses et je suis ouverte à cela.

Vous étiez très populaire en tant que premier ministre. Vous n’en êtes qu’au début de votre carrière. Souhaitez-vous revenir à la politique à un moment ou à un autre ?

Je n’ai pas dit que je n’y retournerais jamais. Bien sûr, c’est une possibilité. Un jour, je retrouverai peut-être la passion de poursuivre une carrière politique. Mais pour l’instant, je fais autre chose. Et je crois qu’il faut toujours fermer certaines portes pour en ouvrir d’autres. Fermer certaines portes, faire autre chose, trouver de nouvelles voies, cela a bien fonctionné pour moi jusqu’à présent. Je n’ai donc jamais eu de plan de carrière sur cinq ou dix ans, ni aucun autre plan de ce genre. Je pense que les opportunités se présentent à vous, et que vous les saisissez ou non. On peut toujours choisir. Mais je vous conseille de ne pas trop planifier votre vie, car la vie est toujours un mystère et une inconnue, et c’est pour cela qu’elle est si intéressante.

IA