La société de capital-risque britannique GMG Ventures, spécialisée dans les technologies des médias, change de nom pour devenir Mercuri et clôt un fonds de 50 millions de livres sterling.

La société de capital-risque britannique GMG Ventures, spécialisée dans les technologies des médias, change de nom pour devenir Mercuri et clôt un fonds de 50 millions de livres sterling.

La société de capital-risque GMG Ventures, basée au Royaume-Uni et spécialisée dans les technologies des médias en phase de démarrage, a changé de nom pour devenir Mercuri. Elle a également levé 50 millions de livres sterling (81,35 millions de dollars) pour son deuxième fonds dirigé par la British Business Bank, par le biais de son programme Enterprise Capital Funds, afin de soutenir les startups utilisant l’intelligence artificielle pour réinventer les modèles médiatiques traditionnels.

Parmi les autres investisseurs du dernier fonds figurent The Scott Trust, propriétaire du Guardian Media Group et investisseur inaugural et unique de Mercuri, qui a lancé le fonds pour soutenir le développement de nouvelles entreprises dans le contexte des bouleversements qui se produisent dans l’espace médiatique. Plusieurs autres investisseurs institutionnels, stratégiques et providentiels y ont également participé.

« Nous sommes ravis d’annoncer le lancement de notre premier fonds multi-LP à un moment où les progrès profonds de l’intelligence artificielle ont un impact sur l’ensemble de l’écosystème technologique des médias, y compris la création de contenu, les jeux, la personnalisation, la musique, la vie privée, l’éducation, la communauté et la communication », a déclaré Alan Hudson, partenaire général fondateur de Mercuri.

« L’opportunité sur le marché est sans doute plus forte que jamais à l’heure actuelle, alors que l’industrie est confrontée à des problèmes complexes. Nous nous efforcerons d’utiliser toute l’étendue et la profondeur des connaissances de notre équipe expérimentée pour soutenir les startups dans lesquelles nous investissons et créer une valeur durable. »

Hormis la diversification des investisseurs et le changement de nom, rien d’autre ne devrait changer au sein de la société de capital-risque, qui prévoit de continuer à mener des investissements de démarrage et à se concentrer sur la création, la distribution, la consommation et la monétisation de contenus et de données.

A lire aussi  Refact vise à rendre l'IA génératrice de code plus attrayante pour les entreprises

Mercuri a notamment déclaré qu’elle accorderait une plus grande attention aux startups qui améliorent la façon dont les gens communiquent et s’engagent dans un contexte professionnel et personnel à l’aide de l’IA.

« Nous investissons dans des entreprises d’IA générative depuis 2018, et cela continue d’être un domaine d’intérêt. Dans le cadre de la création de contenu, les modèles d’IA générative comprennent tous les outils du créateur (par exemple du texte vers différents formats audio et visuels), les outils du développeur (du texte vers le code) et les outils de réflexion », a déclaré Hudson.

« La création comprend également l’économie des créateurs, pour laquelle nous sommes un investisseur actif. Il y a plus de 200 millions de créateurs dans le monde qui vivent de cette économie et qui ont accès aux outils de développement qui y sont associés », a-t-il ajouté.

Mercuri a investi dans 21 startups dans son premier fonds, y compris dans l’accélérateur et l’incubateur Founders Factory. Elle prévoit de financer huit nouveaux produits, tout en réalisant plusieurs investissements de suivi chaque année.

IA