Plus de couleurs, c’est plus amusant : l’essor de la bijouterie fantaisie au cachet espagnol

Plus de couleurs, c’est plus amusant : l’essor de la bijouterie fantaisie au cachet espagnol

La solution la plus efficace et la plus en phase avec l’air du temps consiste à remplacer tout ingrédient précieux par un ingrédient plus humble : le plastique. En , La Manso a été l’une des marques pionnières à faire de ses bagues en ce matériau un objet de désir et le résultat de collaborations avec des maisons telles que Jean Paul Gaultier. Dans ce boom sans précédent, on trouve des marques comme Mateu-Lo ou Joysgéré par Rosalia. Une autre des initiatives les plus intéressantes est celle de Gueule de boisune petite entreprise fondée en 2020 qui utilise l’upcycling pour ses créations : « Après avoir participé à un projet artistique visant à sensibiliser au problème du plastique, nous avons réalisé la gravité de la situation mais aussi ses possibilités. On peut faire fondre un objet en plastique qui n’est plus utile et le transformer en un autre pour lui donner une seconde vie », expliquent-ils. Carla Díaz et Sergio Valverdeses créateurs. Leur philosophie est gravée dans les coutures : le nom de l’entreprise, expliquent-ils, est un jeu de double sens qui fait allusion à la fois à la lassitude de la consommation non durable et à l’idée de « resacar », qui consiste à donner une nouvelle chance aux plastiques mis au rebut. Samantha Hudson est l’une de celles qui ont déjà porté ces accessoires hooligans qui allient éthique et esthétique.

A cette fantaisie multicolore contribue également Ayquechuloun projet qui tire parti de la flexibilité du plastique pour concevoir des pièces artisanales laborieuses. « Tous les modèles sont conçus et fabriqués par mes soins, à la main, de sorte que chacun d’entre eux est totalement différent du précédent. Cela confère au produit un caractère exclusif », explique le fondateur, Aitana Lorenzo. Pour cette créatrice valencienne, le fait d’avoir effectué un stage chez Ágatha Ruiz de la Prada a été une expérience qui a marqué un avant et un après lorsqu’il s’est agi de créer sa propre entreprise : « J’y ai vu l’avenir auquel j’aspirais. M’amuser en tant que styliste en créant des pièces uniques et en faisant ce que j’avais envie de faire.. Vous ne plairez pas toujours à tout le monde. Avec le pop-art Parmi ses inspirations, il a réussi à faire voyager ses œuvres à Tokyo, Paris et Los Angeles. Le verre et la céramique donnent également corps à cette imagerie et représentent un point de départ idéal pour des entreprises telles que LevensLevens : « Leurs particularités facilitent la création de pièces moins conventionnelles. J’aime beaucoup jouer avec les couleurs, les formes organiques et les dimensions », explique-t-il. Mar del Hoyosa fondatrice. Après avoir été actrice pendant plus de dix ans, elle s’est lancée dans la mode avec une marque qui produit des modèles sculpturaux avec une approche expérimentale à Barcelone, sa ville natale. « Ces derniers temps, je suis très obsédée par l’illustratrice Josefa Tolrà », cite-t-elle parmi ses références. « Je m’identifie au fait qu’elle était autodidacte, car ce genre de limites est une occasion de créer de manière plus personnelle et authentique », explique-t-elle.

A lire aussi  Pantalon à double taille : parlons de ce vêtement confortable qui fait fureur au bureau et en dehors.

Mode