Miuccia Prada : « Il est hors de question de réduire une femme à une jolie silhouette ! J’essaie de respecter les femmes, de mettre ma créativité dans des choses qui se portent, qui sont utiles ».

Miuccia Prada : « Il est hors de question de réduire une femme à une jolie silhouette ! J’essaie de respecter les femmes, de mettre ma créativité dans des choses qui se portent, qui sont utiles ».

Un jour de novembre venteux sur le balcon de la Ca’ Corner della Regina, le palais du 18e siècle qui abrite la Fondation Prada à Venise, Miuccia Prada pose avec le Grand Canal en arrière-plan. Elle porte un manteau de soie rouge (de sa première collection en 1988) sur un pull jaune d’or, un éclat vif qui se détache du ciel gris et des tons terracotta, ocre et vert-de-gris de la décadence vénitienne humide. Elle n’est pas maquillée, ou alors cela ne se voit pas. Ses cheveux ne sont pas coiffés, une crinière mi-longue de cheveux blonds à auburn qui bouclent un peu sur ses épaules. Lorsque la brise les fait bouger, elle plaisante en disant qu’elle se sent comme Cindy Crawford dans les années 90 avec ces fans. Ensuite, certains membres de l’équipe s’assoient avec elle pour déjeuner. Madame Prada, le titre qui la distingue, enlève ses deux énormes colliers (dont un avec une tête de lion) et autant de médaillons et les laisse sur la chaise à côté d’elle, comme si elle se libérait des lourdes chaînes de sa fonction, et commence à nous servir du riz comme une mamma. Le menu est simple : escalopes de poulet, endives grillées, épinards et salade. Les légumes, nous dit-elle, proviennent de son jardin en Toscane, dont la culture, avoue-t-elle, lui tient à cœur. Je suppose qu’il y a peu de choses qui n’intéressent pas cette femme.. Prada, à 74 ans, me rappelle la défunte reine Élisabeth II d’Angleterre : une dame âgée, petite et magnifiquement vêtue, qui impose sa majesté par ses manières douces et sa véritable curiosité pour tout, y compris les gens.. Je suis frappée par sa chaleur, sa modestie, son rire doux et musical. Nous avons parlé de l’exposition qui se tient actuellement au palazzo, Tout le monde parle du temps qu’il faitun dialogue évocateur entre peintures historiques, art contemporain et données scientifiques sur la crise climatique. Prada regrette qu’il soit difficile de trouver des conservateurs capables de faire le lien entre l’art et la recherche académique, une exigence qu’il recherche pour les ambitieuses expositions multidisciplinaires dont il souhaite doter la fondation. Par exemple, pour organiser une exposition sur le féminisme, il a eu du mal à trouver une telle personne qui ose unifier un domaine aussi disparate et faciliter la communication de concepts déjà complexes. « Je veux que la culture soit attrayante », dit-elle.

A lire aussi  Le look transparent de Kendall Jenner lors de l'after-party du Met Gala 2023 pourrait être son plus audacieux jusqu'à présent.

Miuccia Prada, photographiée à la Fondation Prada à Venise, portant des vêtements Prada. Chaussures Miu Miu.

Photographie : Stef Mitchell / Stylisme : Alex Harrington

Après le déjeuner, Miuccia aide à débarrasser la table, enroule les chaînes autour de son cou et l’interview commence. « La mode occupe un tiers de ma vie », déclare la créatrice, qui a créé deux marques célèbres, Prada y Miu Miuet avec son mari, Patrizio BertelliIl préside le groupe Prada, une marque de luxe mondiale avec un chiffre d’affaires annuel de 4,5 milliards de dollars (en 2022) et plus de 13 000 employés (le groupe est également actionnaire de la marque de chaussures Church’s). Le deuxième tiers de sa vie est consacré à la « culture et à la Fondazione ». Depuis son ouverture en 1993, la Fondation Prada est devenue un important promoteur de l’art contemporain. « Ce qui reste va à la famille et aux amis, et aux plaisirs occasionnels », réfléchit-elle avant de poursuivre : « En ce moment, tout se chevauche. J’essaie d’être utile dans la vie. Utile est en effet un mot qu’il aime beaucoup. Ce qui n’est pas le cas du mot « luxe », qu’il trouve vulgaire. Et c’est là que réside le nœud du problème, les subtilités, la dichotomie qui traverse sa vie et son travail, car Miuccia Prada est une créatrice qui connaît un énorme succès et qui vend des vêtements et des accessoires magnifiques et coûteux. Elle est aussi – elle me le confirme – une gauchistetitulaire d’un doctorat en sciences politiques (elle a également étudié le mime pendant cinq ans), et a été une militante active du parti communiste italien, manifestant pour les droits des femmes. « J’ai toujours pensé qu’il n’y avait que deux professions vraiment nobles : la politique ou la médecine ».dit-il. « Fabriquer des vêtements, quand on vient d’un groupe d’intellectuels très important, était comme un cauchemar. J’avais très honte, mais je le faisais quand même…. Ma passion pour les beaux objets l’a emporté sur tout. Ses opinions politiques sont presque toujours réservées à la sphère privée, car, ironise-t-il, « je travaille pour une entreprise de luxe. Ce n’est pas idéal avec une position politique comme la mienne, cela a toujours été ma plus grande contradiction.

Miuccia Prada est née Maria Bianchi dans une famille bourgeoise aisée de Milan en 1949. Son grand-père, Mario Prada, avait fondé Fratelli Prada en 1913, un magasin de maroquinerie qui passa aux mains de sa mère dans les années 1950. Comme beaucoup de jeunes gens dans les années 1960, elle s’est engagée dans l’activisme politique, sans jamais perdre sa fascination pour les vêtements : alors que tout le monde portait des jeans aux manifestations, Miuccia se distinguait par ses ensembles Yves Saint Laurent, peut-être en raison d’une tendance naturelle à s’écarter des tendances dominantes : « Je pense que c’est quelque chose que je porte au plus profond de moi », admet-elle. Et si il s’est rebellé contre les coutumes bourgeoises qui lui ont été inculquéesIl rejoint l’entreprise familiale et prend la succession de sa mère en 1978. La même année, il rencontre Bertelli, fondateur d’une entreprise de maroquinerie concurrente, lors d’un salon. Ils s’associent, tant sur le plan personnel (ils se marient en 1987) que professionnel, et elle commence à développer l’idée de lancer un sac à dos en nylon : un accessoire pratique, léger, imperméable et utile. Lorsqu’il est finalement mis en vente en 1984, il est loin d’avoir le succès escompté, mais le fait qu’une marque prestigieuse lance un article bon marché de tous les jours constitue un geste novateur et pionnier. Il deviendra bientôt emblématique, preuve d’une perturbation des plaques tectoniques de la mode. En 1988, après s’être rebaptisée Miuccia Prada, après avoir été légalement adoptée par une tante maternelle célibataire, se liant ainsi définitivement à l’entreprise et au commerce familial, elle lance sa première ligne de prêt-à-porter. « Je ne sais même pas dessiner », avoue-t-elle. Ce qu’elle sait, c’est comment elle veut s’habillerune intuition qui a guidé son travail et mis en évidence un important réservoir caché de connaissances.

Mode