Le défilé Schiaparelli Haute Couture printemps-été 2024 est-il le défilé le plus « Roseberry » à ce jour ?

Le défilé Schiaparelli Haute Couture printemps-été 2024 est-il le défilé le plus « Roseberry » à ce jour ?

Ouverture du défilé Haute Couture printemps-été 2024 avec un premier collier en crochet comme celui que l’on voit sur la photo. Elsa Schiaparelli L’héritage et la personne de son prédécesseur représentent un écosystème en soi qui est toujours là, latent et émergent dans chacune des présentations de la maison.

Cependant, Daniel Roseberry est très à l’aise pour définir le langage de la maison dans ses propres termes, sans pour autant laisser de côté l’esprit originel. Il n’y a pas d’autre façon de comprendre, par exemple, deux des looks les plus curieux que nous avons vus au défilé de mode qui s’est déroulé il y a quelques heures. Les dessins faisant allusion au téléphone qu’Elsa a imaginé avec Salvador Dalí pourraient trouver un équivalent moderne dans les créations « bijou » conçues par Roseberry. Des robes et des sacs sont construits à partir de puces électroniques, de clés d’ordinateur et de ventilateurs, ainsi que de gadgets tels que des calculatrices et des téléphones portables pré-iPhone qui semblent aujourd’hui presque appartenir au Pléistocène. Il en va de même pour le bébé robot tenu par Maggie Maurer. « Toute la collection est un dialogue entre le passé et le futur. Elle associe les techniques anciennes aux éléments technologiques du nouveau monde.Il a parlé de « The Mother », le look porté par le légendaire mannequin tchèque « The Mother ». Hana Soukupová. Le résultat tient plus de l’an 2000 (comme les défilés de McQueen ou Gaultier au tournant du millénaire) que du XXIe siècle, mais le clin d’œil technologique fait encore appel, par l’âge, à la mémoire de ceux qui ont grandi avec ce type de technologie, y compris le couturier américain lui-même.

Acielle StyleDuMonde

Acielle StyleDuMonde

L’exercice de Roseberry est un exercice d’équilibre entre la retenue et l’extravagance. D’un côté, il y a ces travaux de tailleur structurés qui ne manquent jamais. Le créateur continue de prouver qu’il n’y a parfois rien de plus élégant qu’un pantalon de tailleur noir avec une chemise blanche à épaulettes de quarterback, ou un costume en satin avec une cravate dont le blazer estompe complètement le torse du mannequin qui le porte.

A lire aussi  Shakira à Paris ou comment porter jupe et pantalon dans le même look

D’autre part, les volumes auxquels il nous a habitués atteignent des sommets encore plus compliqués. Nous faisons référence à l’utilisation de tissus aussi subtils que la dentelle pour donner corps à des structures amples qui, une fois de plus, façonnent les épaules et les manches à travers des formes architecturales. C’est également le cas de la robe qui a clôturé le défilé, avec un motif asymétrique en strass digne des plus audacieux sur le tapis rouge.

A partir de là, l’univers de Schiaparelli et celui de l’actuel directeur de la création se confondent et se séparent au même rythme. Oui, ce n’est pas la première fois que Roseberry imite le style de Schiaparelli. Robe squelette Elsa, pas plus qu’elle ne réactualise cette idée constante de ses créations capillaires par l’utilisation permanente de franges (soit en format bijou, comme la robe de Karlie Kloss). Le fait est que cette saison, elle est montée d’un cran avec des vestes et des pantalons de torero qui donnent une tournure au concept capillaire par le biais de  » chignons  » torsadés sur eux-mêmes. Trois looks qui reprennent le même updo avec la même touche dosmilero et qui accompagnent des pantalons en satin conçus pour le jour et la nuit.

Acielle StyleDuMonde

Mode