Jaime López de Villareal, directeur juridique mondial chez Loewe : « Le prochain grand défi auquel nous serons confrontés, non seulement dans le monde de la mode, mais dans la société en général, est l’intelligence artificielle ».

Jaime López de Villareal, directeur juridique mondial chez Loewe : « Le prochain grand défi auquel nous serons confrontés, non seulement dans le monde de la mode, mais dans la société en général, est l’intelligence artificielle ».

Dans le monde changeant de la mode, particulièrement accéléré par la numérisation, le droit apparaît comme un outil essentiel pour préserver la sécurité et la réputation des entreprises. De la protection de la propriété intellectuelle à la réglementation des pratiques éthiques et durables, les professionnels du droit ont acquis une importance sans précédent dans le secteur. Cette demande croissante d’expertise juridique, apparemment éloignée du monde de la mode, est particulièrement évidente dans les maisons de luxe.

Un exemple marquant dans ce domaine est Jaime López de Villarrealqui occupe depuis 2017 le poste de directeur juridique mondial de la prestigieuse marque de mode Loewe. Diplômée en droit et en administration et gestion des entreprises de l’Université autonome de Madrid, López de Villarreal, après des années de dévouement à la profession juridique, est entrée dans le monde du luxe à la recherche de nouvelles expériences… Le résultat ? « Quelque chose de très stimulant ». En plus de son travail au sein de la marque de mode espagnole de renommée internationale, elle enseigne à l’Université de Madrid. Diplôme Vogue en droit de la modeoù il partage sa passion pour la profession avec ses étudiants. Nous avons discuté avec lui de ce diplôme, des défis du secteur et de son travail quotidien.

Table des matières

À quoi ressemble une journée de directeur juridique chez Loewe ?

Je dois avouer que la vie quotidienne d’un directeur juridique dans une entreprise internationale de luxe comme Loewe est extrêmement stimulante. Il n’y a pas un seul jour qui ressemble au précédent. L’équipe juridique interne doit être en mesure de soutenir l’organisation d’une manière qui soit à la hauteur des attentes.
L’équipe juridique interne doit être en mesure de soutenir l’organisation d’une manière efficace compte tenu des délais dans lesquels ce secteur opère. Nous devons fournir des conseils rapides, précis et irréprochables, sans pour autant entraver le développement naturel de l’entreprise. C’est un travail passionnant et stimulant, et j’ai la chance d’avoir une équipe formidable. C’est un luxe, c’est le moins qu’on puisse dire.

Quels sont les cas ou les défis les plus courants auxquels vous êtes confrontés dans votre travail ?

À mon avis, la chose la plus complexe est d’anticiper les événements et d’avertir d’une catastrophe naturelle.
problème possible, plutôt que de le résoudre après coup. C’est la valeur ajoutée d’un bon
d’une bonne équipe juridique. Pour le meilleur ou pour le pire, notre fonction n’a pas le droit à l’erreur. Le plus important est de gagner en crédibilité et d’accompagner les différentes équipes dès le début de chaque projet afin d’avoir une plus grande visibilité.

Une fois que les conditions commerciales sont en place, l’équipe juridique doit être en mesure d’apporter sa contribution.
de conclure la négociation, sans jamais oublier que le diable est toujours entre les mains du diable.
petits détails.

Comment une marque de luxe gère-t-elle la protection de la propriété intellectuelle et la lutte contre la contrefaçon dans un marché de plus en plus mondialisé ?

Plus on grandit, plus on gagne en notoriété sur le marché de la contrefaçon. C’est certainement le revers de la médaille de la popularité. Cependant, nous ne pouvons pas rester impassibles face à ce phénomène et il faut s’y attaquer par tous les moyens. La propriété intellectuelle, en particulier nos dessins et modèles, doit être protégée par tous les moyens possibles. Les différentes législations mondiales doivent pouvoir apporter des solutions de manière plus efficace.

A lire aussi  Golden Globes 2024 : l'une des plus belles robes de la soirée n'a pas été portée sur le tapis rouge (celle de Kylie Jenner).

Compte tenu des préoccupations de l’industrie de la mode et de l’environnement, quel est, selon vous, le meilleur moyen de protéger la propriété intellectuelle ?
Quelles mesures juridiques une marque peut-elle prendre pour garantir des pratiques éthiques et durables ?

Le monde de la mode, et en particulier celui du luxe, se doit d’être pionnier en matière de respect de l’environnement.
l’environnement et de garantir des pratiques éthiques et durables. Nous devons montrer l’exemple aux
d’autres secteurs d’activité grâce à la visibilité dont nous disposons.

Les récentes réglementations européennes nous montrent clairement la voie à suivre en matière de
durabilité. Des départements internes ont été créés pour se concentrer uniquement sur cette question, ce qui démontre l’importance que nous lui accordons.

Comment le paysage juridique de la mode a-t-il évolué ces dernières années et quelles sont les nouvelles tendances juridiques que les entreprises et les professionnels de la mode devraient connaître ?

Je pense que le prochain grand défi auquel nous serons confrontés, non seulement dans le monde de la mode, mais dans la société en général, est l’intelligence artificielle. Nous devons être capables de nous adapter à ce nouveau phénomène en un temps record, non seulement d’un point de vue réglementaire, mais aussi d’un point de vue pratique. Des questions sensibles telles que la propriété intellectuelle, la confidentialité ou la gestion des données seront affectées, et nous devons nous y préparer. C’est un monde nouveau qui nécessitera adaptation et formation.

Quel cours enseignez-vous dans le cadre du diplôme Vogue en droit de la mode et pouvez-vous nous décrire en quoi il consiste ?

Je suis honorée de pouvoir partager avec les étudiants mon quotidien de juriste d’entreprise.
au sein d’une entreprise de luxe. Je ne dirais pas que c’est un « cours », mais une conférence.
entre des personnes passionnées à la fois par le droit et la mode. J’essaie de donner ma vision et celle
à la fois interactive. J’écoute et j’apprends.

A lire aussi  Dakota Johnson a été mon icône du style seventies cette année.

Quelles sont les compétences que vous considérez comme les plus importantes pour travailler dans le domaine du droit aux États-Unis ?
l’industrie de la mode de luxe ?

Le plus important est d’avoir du bon sens et d’être passionné par ce que l’on fait. Mais c’est
comme tout le reste de la vie. Vous avez la chance de travailler au sein d’une même entreprise avec des professionnels de haut niveau dans tous les domaines (financier, design, commercial, etc.). Il est essentiel d’apprendre d’eux pour avoir une vision beaucoup plus globale.

Quel avenir voyez-vous pour la profession, la mode et le droit sont-ils de plus en plus liés ? De quelle manière ?

J’ai constaté un essor de ce secteur ces dernières années. Les entreprises du luxe et de la mode
disposent en général d’équipes juridiques internes de plus en plus solides. Logiquement, le soutien externe n’est pas appelé à disparaître, étant donné qu’il existe des circonstances qui requièrent une spécialisation et qu’un juriste d’entreprise est plutôt un généraliste. Je prédis certainement un bel avenir à cette nouvelle branche du droit.

Quelles possibilités le diplôme Vogue en droit de la mode offre-t-il à ceux qui souhaitent se spécialiser dans ce domaine et comment peuvent-ils appliquer ces connaissances dans leur carrière professionnelle ?

Le diplôme Vogue en droit de la mode offre la possibilité de se familiariser avec ce domaine passionnant.
et d’acquérir des connaissances qui ne sont pas évidentes au premier abord. J’ai atterri dans ce secteur avec des notions très basiques du monde de la mode, et j’aurais certainement apprécié qu’il existe quelque chose de similaire au diplôme Vogue afin d’être mieux formée. Je pense que c’est une expérience magnifique.

Mode