Et le code vestimentaire pour le Met Gala 2024 est…

Et le code vestimentaire pour le Met Gala 2024 est…

Pour comprendre le code vestimentaire Pour bien comprendre le concept du Met Gala 2024 – annoncé aujourd’hui comme « The Garden of Time » – il faut d’abord comprendre le concept du spectacle de cette année. Le lundi 6 mai, les hôtes du gala –Bad Bunny, Chris Hemsworth, Jennifer Lopez, Zendaya et Anna Wintour, de Vogue accueillera au musée une exposition intitulée Sleeping Beauties : Reawakening Fashion (Les belles endormies : réveiller la mode).

Le prochain spectacle n’a rien à voir avec les frères Grimm ou Disney, mais avec la célébration de vêtements et de modes si fragiles qu’ils ne pourront jamais être portés à nouveau, et sont donc autant d’occasions de se faire plaisir. beautés beautés endormies dans les archives scrupuleuses du Costume Institute.

Selon le Metropolitan Museum of Art, il faut s’attendre à ce que les pièces exposées – qui remontent à un corsage anglais du XVIIe siècle de l’ère élisabéthaine – incarnent les valeurs suivantes la beauté du monde naturel, sa fragilité et son inévitable dégradation.. À côté d’elles, d’autres œuvres plus modernes et moins délicates seront exposées, imprégnées du même esprit que les protagonistes de l’exposition, et réparties en trois sous-thèmes : Terre, Mer et Ciel.

Deuxièmement, pour comprendre le code vestimentaire de cette année, « Le jardin du temps », il est nécessaire de connaître un peu son inspiration : une nouvelle du même titre écrite par J.G. Ballard en 1962.(L’auteur est peut-être plus connu pour son roman L’Empire des Soleilqui a fait l’objet d’une adaptation cinématographique par Steven Spielberg).

L’histoire met en scène le comte Axel et sa femme, la comtesse, dans leur utopie de loisirs, d’art et de beauté ; ils vivent dans une villa dont la terrasse donne sur un jardin de fleurs cristallines aux feuilles translucides, aux tiges brillantes comme du verre et aux cristaux au cœur de chaque fleur. Bien que, comme dans toute l’œuvre de Ballard (Ballardienselon les dictionnaires contemporains, en est venu à représenter « la modernité dystopique, les sombres paysages artificiels et les effets psychologiques des développements technologiques, sociaux ou environnementaux »), il y a un élément dystopique dans son paradiss’y accrocher, c’est comme essayer de garder intacts tous les grains d’une poignée de sable dans la paume de la main.

A lire aussi  Romualda : l'entreprise à l'origine du chapeau le plus viral de ces derniers temps présente sa première collection de prêt-à-porter

Au-delà des murs de la villa du comte Axel, une foule envahissante et chaotique s’approche à chaque heure. Pour rétablir la tranquillité, le comte doit cueillir une fleur inversant le temps dans son jardin jusqu’à ce qu’il n’en reste plus aucune. L’histoire se termine par la descente de la foule irréfléchie sur la villa, qui n’est plus qu’un domaine en ruine avec un jardin négligé, où une statue du comte et de sa comtesse sont enchevêtrées parmi des plants de morelle épineuse.

Mais, comme on dit chez TikTok, l’un des sponsors du gala : « D’accord, mais en quoi sommes-nous déguisés ? » Décortiquons donc les nombreuses façons d’interpréter le thème. En bref, le code vestimentairecomme l’exposition, traite de la beauté éphémère. L’interprétation la plus évidente serait d’adopter la partie « jardin » de « The Garden of Time », c’est-à-dire les fleurs mélancoliques.

Parmi les pièces dont nous savons qu’elles font partie de l’exposition, on trouve un manteau de soirée noir de Charles Frederick Worth datant de 1889, réalisé en jacquard avec des tulipes perroquets qui, selon le Met, ont une « qualité dynamique agressive ».

Un vêtement de la collection printemps-été 2014 de Dries Van Noten, qui comprend des broderies de tulipes de perroquets apparemment tirées de la cape de Worth, serait un choix judicieux. Il en irait de même pour un vêtement de sa collection printemps-été 2017, dans laquelle les mannequins ont défilé sur un podium flanqué de fleurs exquises figées dans des blocs de glace par l’artiste floral d’avant-garde. Azuma MakotoLa référence florale cristalline serait un joli clin d’œil à Ballard.

A lire aussi  Billie Eilish a recréé le look d'une Barbie de 1965 pour sa prestation aux Grammy Awards 2024.

Pour ceux qui aiment le thème floral, les collections de haute couture du mois dernier comportaient une poignée de vêtements chargés de fleurs. Pensez à un look de Simone Rocha lors de ses débuts en couture pour Jean Paul Gaultier, où les mannequins défilaient avec des roses argentées à la main, comme si Rocha savait ce qui allait se passer. Ou encore le look 36 de Giambattista Valli, avec ses fleurs pailletées mélodramatiques et impressionnistes.

Au-delà de ces collections couture plus récentes, il y a les pièces ornées de fleurs de Karl Lagerfeld dans la collection couture printemps-été 2015 de Chanel, qui se déroulait dans un jardin mécaniquement fleuri, très… ballardian. Nous recommandons même des looks avec de vraies fleurs, de préférence pourries. memento mori en montant les marches du tapis rouge du Met Gala.

On peut également chercher des indices non floraux dans le texte de Ballard. Bien que la destruction menace, la comtesse joue du Mozart et du Bach sur son clavecin – le look notes de musique de Valentino de la collection printemps-été 2014 n’est-il pas tout à fait approprié ? Et pour ceux qui veulent suivre fidèlement le texte, le comte Axel est décrit comme portant du velours noir et une cravate en soie.

Le temps – l’inversion du temps et notre impuissance face à lui – est un autre thème à explorer. Quelqu’un pourrait porter au poignet la montre Crash de Cartier, inspirée de Salvador Dalí. Ou, pour une version plus décontractée (et un clin d’œil à un thème précédent du Met Gala), la robe-montre automne 2022 de Moschino.

A lire aussi  Le jean automne 2023 est un bijou que vous pouvez porter dès maintenant !

D’un autre côté, les participants au gala peuvent mettre de côté l’histoire de Ballard et se plonger dans l’exposition elle-même, qui célèbre la nature dans la mode. Nous savons que les robes florales floues de Loewe de la collection automne 2023 sont incluses dans l’exposition – n’importe laquelle d’entre elles serait ravissante. Nous savons également qu’il y a plusieurs looks d’Alexander McQueen dans l’exposition, car il était un maître des cabinets de curiosités au sein de la Haute Couture. Sa robe du printemps 2001, habilement construite presque entièrement à partir de coquillages de palourdes que le créateur avait ramassés sur les plages de Norfolk, est présente, tout comme la mini-robe à ailes de papillon monarque de Sarah Burton pour Alexander McQueen. Cela nous invite à regarder au-delà des fleurs, à examiner les incarnations moins utilisées de la flore et de la faune dans la mode. Si nous considérons les sous-thèmes Terre, Mer et Ciel, nous pourrions proposer une mode inspirée par le grain du bois (peut-être une soie précieuse moirée ?), le motif des écailles de poisson et l’iridescence de l’aile d’une libellule. La nature nous offre bien plus que des fleurs.

Enfin, il y a le concept plus large de l’exposition elle-même : la mode d’antan qui mérite notre attention. Natalie Portman a déjà porté une reconstitution de la robe Junon de Dior (présentée dans l’exposition), alors peut-être qu’une personne assistant à la cérémonie en Dior se présentera dans la robe Venus de Dior de 1949 (également présentée dans l’exposition « Sleeping Beauties »).

Mode