Christopher Kane ferme sa marque : voici ce que cela signifie pour la mode (et pour moi)

Christopher Kane ferme sa marque : voici ce que cela signifie pour la mode (et pour moi)

Au cas où nous ne serions pas encore conscients que les temps sont durs pour les créateurs indépendants, la nouvelle de la fermeture de sa marque par Christopher Kane est une bonne nouvelle pour la mode et pour moi. Christopher Kane Le fait que Christopher Kane ait pris des mesures pour fermer sa marque est une preuve supplémentaire de la gravité de la situation. Kane est une espèce rare, un talent inégalé dont la collection de fin d’études au Central Saint Martins en 2006 a fait de lui une star de la mode à l’âge de 23 ans. A cheval entre le bon et le mauvais goût, ses robes courtes en dentelle fluo sont restées dans la mémoire collective une décennie et demie plus tard.

Avant même de défiler à la Semaine de la mode de Londres, elle avait déjà attiré l’attention du public. Donatella Versacequi l’a engagé comme consultant et lui a même prêté des chaussures pour son premier défilé. Plus tard, lorsqu’elle a relancé la ligne Versus en 2010, elle s’est tournée vers Kane pour qu’il la dirige et il lui a rendu la pareille avec trois années de collections pleines d’esprit et d’humour.

À l’époque où Kane a obtenu son diplôme, la mode londonienne était plutôt discrète, une situation anormale compte tenu de la richesse des jeunes talents que les écoles de design de la ville attiraient. Avec le tournant du millénaire, la nouvelle génération de créateurs londoniens commence à être absorbée par les grandes maisons de Paris ou de Milan (c’est le cas de Stella McCartney, Phoebe Philo et Riccardo Tisci, entre autres, ou de John Galliano et Alexander McQueen avant eux). Cependant, Kane – et sa sœur Tammy, avec qui il a travaillé dès le début – a fait partie de l’équipe de la une nouvelle génération de créateurs indépendants dont Erdem Moralioglu, Mary Katrantzou, Jonathan Saunders, Roksanda Ilincic et le duo Meadham Kirchhoff. Ensemble, ces noms ont redonné vie à la jeune scène de la mode londonienne. En 2009, la ville est en pleine effervescence et c’est sans surprise que Christopher Bailey décide de ramener Burberry de Milan.

Un look de la collection de Christopher Kane pour la remise des diplômes à Central Saint Martins.

Marcio Madeira

Le créateur lors de son défilé de fin d’études, six mois avant de lancer officiellement sa marque éponyme.

Marcio Madeira

Look de sa première collection, printemps 2007.

Marcio Madeira

Dix ans plus tard, pour le printemps 2017, Christopher Kane est revenu à la silhouette qui a tout déclenché.

Umberto Fratini / Indigital.tv

Mais Kane n’a jamais été un artiste à succès unique. Sa quatrième collection, celle de l’automne 2008, s’inspirait de l’histoire de la mode. La planète des singeslittéralement dans le cas de la des empreintes de gorilles saisissantes qui envahissaient des robes noires très correctes, et plus figurativement dans les milliers de pièces de tissu circulaires qui composaient des robes à la coupe sculpturale et jouaient à cacher et révéler la silhouette. Autre collection mémorable, celle de l’automne 2015, dans laquelle figures nues couchéescomme si elles sortaient d’un cours de dessin d’après nature, décorées d’élégantes et romantiques créations en dentelle dans des tons bleus, orange, roses, noirs et blancs. Et oui, comme dans presque tout ce qu’elle faisait, elle ne manquait pas d’espièglerie. Dix ans plus tard, elle continue d’innover. En 2017, pour le défilé de mode organisé en l’honneur de son dixième anniversaire, a collaboré avec Crocs un an avant que les humbles sabots ne fassent leurs débuts (et ne prennent d’assaut les podiums) chez Balenciaga. Ceux de Kane étaient décorés de pierres et de cristaux, comme s’ils sortaient d’une expérience scientifique.

A lire aussi  26 idées de déguisements d'Halloween (ridiculement faciles) pour les couples
Mode