entreprises crise netflix tiktok
Netflix, ByteDance, SFAM : ces entreprises qui ne connaissent pas la crise

L’épidémie de Coronavirus fragilise l’ensemble du tissu économique. Outre une baisse d’activité record allant de 30 % à 50 %, le ministre de l’Économie, Bruno le Maire, a prévenu que l’épidémie de Covid-19 allait impacter de façon « sévère » la croissance. Au niveau mondial, le FMI prévoit une récession historique avec un recul de la croissance pouvant atteindre 3 % en 2020. Dans ce contexte particulier, certaines entreprises se distinguent pourtant par leur robustesse .

Netflix dope sa croissance pendant le confinement

Avant la crise économique mondiale due à la pandémie de Covid-19, Netflix a connu une nette baisse de sa cotation en bourse avec l’entrée sur le marché d’un nouveau concurrent : Disney +. Cette plateforme, qui dès sa sortie a su charmer les clients, a vu son titre grimper tandis que celui de Netflix plongeait de façon quasi symétrique. Une perte qui aurait, selon certains analystes, dû se prolonger suite à la crise économique, estimant que « nombre de foyers n’hésiteraient pas à suspendre leurs abonnements lorsque le chômage et la peur d’une récession économique les amèneraient à revoir le budget familial ». C’est pourtant tout l’inverse qui s’est produit, puisque Netflix a enregistré une hausse de 15,77 millions d’abonnés payants supplémentaires sur le premier trimestre 2020. Une progression qui a permis à l’entreprise de streaming de réaliser un chiffre d’affaires de 5,8 milliards de dollars sur les trois premiers mois de l’année, représentant une hausse de 28 % de son chiffre d’affaires sur un an. Quelle stratégie déployer pour fidéliser ses nouveaux venus après le déconfinement ? C’est la question à laquelle devront répondre Netflix et les autres plateformes de streaming sur le marché.

ByteDance : l’éditeur d’applications aux 70 000 salariés

Autre secteur qui tire son épingle du jeu durant le confinement : les réseaux sociaux,  qui connaissent une nette progression de leur temps d’utilisation. L’application TikTok, développée par le chinois ByteDance, en est l’exemple le plus notable. Profitant pleinement de la hausse du « temps de cerveau disponible » des populations confinées, l’application a bénéficié de 65 millions de téléchargements supplémentaires en mars.  De quoi détrôner Whatsapp ou Instagram au palmarès des applications les plus consultées, notamment en Inde. Symbole de son dynamisme, la start-up de Zhang Yiming a annoncé, le 14 avril, un plan de recrutement de 10 000 employés supplémentaires. L’objectif étant de grossir ses effectifs de 60 000 à 100 000 salariés à terme d’ici la fin de l’année. Décidément, rien ne semble entraver la croissance de l’éditeur chinois, passé récemment d’une valorisation de 90 à 100 milliards de dollars sur le marché du private equity, faisant ainsi de lui la première « hectocorne » de l’Histoire.

SFAM poursuit son développement malgré la crise

Du côté de l’Hexagone, SFAM, premier courtier en assurance pour les appareils mobiles, maintient le cap. Si l’activité de l’entreprise n’est pas particulièrement boostée par la crise en cours, le plan de développement mis en place par son fondateur Sadri Fegaier ne devrait pas être « trop impacté par la crise du coronavirus ». En 2019, l’entreprise a réalisé un volume d’affaire de 740 millions et prévoit d’atteindre 1,03 milliard d’euros fin 2020, soit une croissance de plus de 2400 %. La période d’inactivité en cours devrait être contrebalancée dès la reprise économique : « Nous allons perdre 200 000 ventes pour chaque mois de confinement. En revanche, elles seront largement compensées par la mise en place de nouveaux points de vente sur le deuxième semestre et en 2021 », estime ainsi le fondateur de SFAM. Comme ByteDance, l’entreprise prévoit de recruter pour accompagner sa croissance, avec 1 100 postes à pourvoir en France et 500 à l’étranger d’ici la fin de l’année.

 

Laisser un commentaire