Harvey Weinstein a été jugé coupable d’agression sexuelle et viol

On a beau faire toutes les plus belles déclarations, les plus beaux discours, pour asseoir une vraie avancée en matière de justice, il faut un vrai verdict qui fasse date. Concernant, le mouvement #MeToo, il va pouvoir s’appuyer sur la condamnation de l’ex-magnat d’Hollywood Harvey Weinstein. Celui-ci a été reconnu coupable d’agression sexuelle et de viol.

Les plus radicaux, feront valoir qu’Harvey Weinstein, a évité une condamnation pour les accusations les plus graves. En effet, le jury n’a pas retenu la circonstance aggravante de comportement “prédateur”, qui aurait pu lui valoir la prison à vie. Cependant, l’image d’une des grandes puissances d’Hollywood, partant pour la prison Rikers Island en attendant de connaître sa peine, restera dans les mémoires du mouvement. Il risque jusqu’à 29 ans de prison.

Il a fallu cinq jours de délibérations, pour concrétiser la chute de celui qui fit la pluie et le beau temps dans le monde du cinéma indépendant, durant un quart de siècle.

Les jurés devaient se déterminer sur le témoignage de trois femmes, parmi les plus de 80 qui ont accusé Harvey Weinstein de harcèlement ou d’agression sexuelle. Après le verdict, plusieurs femmes ayant accusé Harvey Weinstein d’agressions sans pouvoir le poursuivre au pénal, ont salué le courage des témoins. Tout ne fut pas très facile, car la défense avait cherché à discréditer le récit des trois femmes. Elles ont été dépeintes comme des opportunistes, capables d’aller jusqu’à  témoigner par intérêt, pour augmenter leurs chances d’obtenir des dommages et intérêts, une fois le producteur condamné.

A cela, la procureure a opposé “elles ont sacrifié leur dignité, leur intimité, leur quiétude dans l’espoir de faire entendre leur voix“.

Comme nous sommes aux Etats-Unis, et que M. Weinstein n’est pas n’importe qui, surtout financièrement, la procédure n’est pas finie. Son avocate, Donna Rotunno, a annoncé qu’il ferait appel et que le combat n’était “pas terminé.”

Au-delà de la personnalité de Weinstein, ce verdict représente la première reconnaissance de culpabilité dans une affaire post-MeToo. C’est donc un vrai soulagement, qui dépasse le cadre des victimes de l’ex-magnat du cinéma.

Il apporte une dimension de plus dans la définition et la vision que l’on se fait du viol de manière très stéréotypée. Le procureur de Manhattan, Cyrus Vance, a déclaré “un viol est un viol, qu’il soit commis par un inconnu dans une ruelle sombre, ou par un partenaire dans une relation intime“. Il a rajouté, “c’est un viol même s’il n’y a aucune preuve matérielle et si ça s’est passé il y a très longtemps”. Le procès pourrait faire jurisprudence dans ce type d’affaires, qui donne très rarement lieu à des condamnations.

Pour sa part, M. Weinstein n’en a pas encore terminé avec la justice. Il doit encore répondre d’une autre inculpation, pour deux agressions sexuelles à Los Angeles.

Crédit photo : Ron Mader

Laisser un commentaire