Royaume-Uni : travailler plus mais gagner moins

Un bon chiffre peut cacher en cacher un mauvais, ou même plusieurs. Le chômage au Royaume-Uni n’en finit pas de baisser, par contre la pauvreté selon le rapport de la fondation Joseph Rowntree n’arrête pas de monter. La variation de ses courbes en arrive fatalement au constat que de plus en plus, le travail ne sauve plus de la misère chez les travailleurs britanniques.

C’est historique, le taux de chômage est au plus bas depuis 45 ans. Apparemment, les institutions européennes n’étaient peut-être pas tant un frein à la vitalité économique de nos voisins anglo-saxons. Il reste, que ce bon résultat n’est pas seulement à mettre au crédit de l’Europe, ou à la décision d’en sortir, choix qui occupe le terrain médiatique actuellement.

Pour la fondation Joseph Rowntree, la qualité du travail proposé laisse à désirer et les chiffres sont un magnifique trompe-l’œil. Le rapport, montre que beaucoup de travailleurs s’appauvrissent parce que leur rémunération et le nombre d’heures travaillées ne sont pas suffisants pour subsister. En fait, il y a plus d’emplois pour moins de travail, et moins bien payé. Le rapport de l’institution, indique que la pauvreté touche 14 millions de personnes au Royaume-Uni. Elle augmente chez les travailleurs, les enfants et les retraités. Une nouvelle fois, la cible des critiques se concentre sur les emplois précaires, tels que les contrats “zéro heure”, qui ne garantissent aucun minimum horaire, mais font un chômeur de moins sur les statistiques.

La fondation Joseph Rowntree, n’est pas une nouvelle venue dans le paysage anglais. C’est une organisation indépendante, née en 1904. Elle a pour but, le changement social pour aider à résoudre la pauvreté au Royaume-Uni par la recherche, la politique, la collaboration et des solutions pratiques.

La situation serait plus préoccupante à Londres, dans le nord et le centre de l’Angleterre, ainsi qu’au Pays de Galles. Selon les critères retenus par l’étude, une famille est considérée comme pauvre, quand son revenu est inférieur à plus de 60 % au revenu médian d’une famille similaire, une fois pris en compte le prix de l’immobilier.

En fait, actuellement la moitié des individus touchés par la pauvreté, vivent dans une famille de travailleurs, contre 39 % il y a 20 ans.

Le gouvernement, va porter le salaire minimum à 8,72 livres l’heure à partir d’avril. Il explique, que la lutte contre la pauvreté reste une priorité. Il s’agit de faire face à un électorat, à qui on a certifié que bon nombre de ces problèmes, étaient dus à l’Europe.

Crédit photo : Pierre

 

Laisser un commentaire