Cadeau de Noël raté : le service après-vente du Père Noël est à votre service

Hélas, le père Noël n’est pas infaillible, parfois, les cadeaux qu’il amène ne sont pas exactement, ou pas du tout ce que l’on a imaginé. Certains cadeaux, vont même à l’encontre de nos choix de vie. Il est possible sous certaines conditions de l’échanger, ou de se faire rembourser un cadeau raté, plutôt que de garder un objet qui va rester dans un placard.

Il peut s’agir du traditionnel “doublon”, d’un vêtement pas vraiment à la taille, ou d’un objet un peu douteux qui visiblement ne passe pas. Pour remédier en partie à cela, il est possible suivant l’achat de se faire réellement plaisir. Tout va d’abord dépendre de la manière dont l’objet a été acheté.

Si la provenance est un magasin physique, disons-le tout net, rien n’oblige les commerçants à reprendre les cadeaux qui n’ont pas été appréciés. Cependant, de nombreux magasins ont fixé un cadre qui leur permet de reprendre des objets tout en évitant les abus. C’est évidemment le cas de nombreuses boutiques de jouets.

Idem pour les services après-vente des magasins spécialisés dans l’électroménager. Ils connaissent un net regain d’activités juste après les fêtes. Chaque année, c’est ce type de cadeau, qui arrive en tête de liste des retours.

Le souci bien sûr, est de récupérer le ticket de caisse obligatoire sans vexer la personne qui a offert le présent. Avec ce ticket, la plupart du temps, il est possible d’obtenir un échange, un bon d’achat ou un remboursement. Cependant, un vêtement peut avoir été essayé, mais doit encore porter ses étiquettes. Pour les CD, DVD, jeux vidéo et logiciels, ils ne doivent pas avoir été sortis de leur emballage scellé.

En ce qui concerne l’achat par interner, les choses sont beaucoup plus encadrées avec la loi Hamon de 2014. En effet, moyennant la facture d’achat, l’acheteur dispose en effet de 14 jours à compter de la réception de l’objet, ou de la conclusion du contrat dans le cas d’une prestation de service, pour exercer son droit de rétractation. D’ailleurs, le vendeur doit fournir obligatoirement, un formulaire type à cet effet.

Attention, le vendeur a 14 jours pour rembourser l’acheteur, mais il peut tenir compte du délai de récupération du colis pour le paiement. De son côté, le client mécontent a lui aussi 14 autres jours à partir de sa rétractation pour retourner l’objet acheté dans son emballage d’origine, le tout à ses frais. En théorie, si le professionnel tarde à rembourser, les sommes dues doivent être majorées selon un barème légal établi.

Crédit photo : Antoine Bertier

 

Laisser un commentaire