Lille : Martine Aubry met fin au suspense et brigue un 4e mandat

Dans le Nord, du côté de Lille, il faudra de nouveau compter avec la maire sortante Martine Aubry. Celle-ci, a annoncé officiellement qu’elle se présenterait pour un 4e mandat. Cela, met fin à une sorte de faux suspens qui n’avait plus lieu d’être. C’est de manière très classique, dans La Voix du Nord, qu’elle a fait connaître sa candidature en promettant un programme “socialement juste” et “écologiquement fort”.

L’histoire entre la ville et l’ancienne ministre de Lionel Jospin pourrait donc continuer, même si elle avait pourtant assuré après sa réélection en 2014, qu’il s’agissait de son dernier mandat. Comme beaucoup, elle a un peu évolué sur cette décision en rappelant, qu’elle avait eu la bonne idée de préciser “sauf circonstances exceptionnelles”.

Justement, parlons-en de la situation, Martine Aubry 69 ans, explique dans le journal nordiste “entre les inégalités sociales qui ne se sont pas arrangées, les catastrophes naturelles, le climat international angoissant, on sent qu’on est dans une période où le pays est sous tension. Il faut tenir la barre. J’ai la conviction réelle que je peux proposer aux Lillois d’aller plus loin avec eux”.

Voilà pour l’explication de cette candidature qui se préparait depuis quelque temps. Ce n’est pas pour rien, que la fille de Jacques Delors avait lancé dès 2018 son think-tank, “Lille 2030”. Dans la même lignée, on a vu apparaître un micro-parti, avec une association de financement “Lille avenir”.

Reste maintenant à connaître qui sera autour de celle qui incarne pour toujours “les 35 heures”. A ce propos, on ne sait pas si elle fera équipe avec l’autre baron socialiste du Nord, l’ex-ministre Patrick Kanner.

En face, du beau monde pour prendre cette place-forte socialiste. On devrait retrouver son ancienne directrice de cabinet Violette Spillebout, une ex-socialiste qui a obtenu l’investiture LREM, après une bataille féroce avec la députée macroniste Valérie Petit. Citons aussi, l’écologiste Stéphane Baly, qui siège dans la majorité municipale, Julien Poix l’ancien ministre Marc-Philippe Daubresse (LR), Eric Cattelin-Denu (RN) et le divers droite Thierry Pauchet.

Martine Aubry, aura donc bien besoin de tous ses contacts et son savoir-faire, il faudra bien cela, car l’enjeu est primordial pour un PS en déconfiture. Sa prédominance, a été battu en brèche en quelques années, il a quasiment tout perdu en quatre ans, le département, la région, la métropole lilloise et ses députés. Il reste à sauver le beffroi, qui apparaît comme le dernier bastion régional.

Crédit photo : Frederic Role

 

Laisser un commentaire