En rachetant Endemol, le français Banijay devient 1er producteur audiovisuel mondial

Lorsque l’on évoque l’audiovisuel, et notamment la télévision, on pense tout de suite aux grandes “majors” américaines. Or, en fait le plus grand producteur mondial s’appelle maintenant Banijay, et il a été  fondé par un Français Stéphane Courbit. Cette holding vient d’officialiser le rachat d’un autre géant mondial de la production audiovisuelle, Endemol Shine.

Une énorme transaction atteignant environ deux milliards d’euros, a donc rapproché 2 grandes maisons de production. C’est aussi, la conclusion de plus d’un an de négociations. En effet, Endemol, copropriété du groupe Walt Disney et du fonds d’investissements privés Apollo Global Management, avait été mis en vente en juillet 2018.

D’une part donc, on retrouve les néerlandais d’Endemol, qui sont les producteurs entre autres de “The Voice”, “Masterchef” ou encore les célèbres séries “Black Mirror” et “The Fall” et plus anciennement, “Big Brother” plus connue en France sous le nom “Loft Story” à partir de 2001.

D’autre part, le racheteur s’appelle Banijay, qui produit les émissions “Fort Boyard”, “Koh Lanta” et des programmes présentés par les animateurs vedettes Nagui et Cyril Hanouna. A eux 2, c’est un groupe qui possède un catalogue comprenant l’équivalent de 100 000 heures de programmes et de séries. Banijay précise, que cette acquisition sera financée via une augmentation de capital du groupe et par de la dette. La dette financière existante des deux entités sera refinancée avec les organismes concernés que sont, la Deutsche Bank, Natixis et la Société Générale.

A noter, que tout cela reste dans le cadre d’un cercle de connaissances, car d’un côté Stéphane Courbit connaît bien Endemol pour avoir été le président d’Endemol France de 2001 à 2007. De plus, l’actuel PDG de Banijay Marco Bassetti, est également un ancien d’Endemol. C’est lui, qui a fondé sa division italienne en 1997, qu’il a revendue à Endemol. Il est par la suite devenu directeur des opérations du groupe, puis préside avant de quitter le néerlandais en 2012.

Ce rapprochement va donner lieu à une holding LDH contrôlée par Stéphane Courbit LDH à hauteur de 67,1 % et Vivendi  32,9 %.

Crédit photo : jovaughn stephens

Laisser un commentaire