Une inquiétante maladie frappe les vapoteurs aux États-Unis

Globalement, on commence à s’inquiéter sur les méfaits éventuels du vapotage. Cependant, cette affaire semble plus complexe et inquiétante. En effet, les autorités sanitaires du Minnesota aux États-Unis, ont annoncé le 5e décès d’un utilisateur d’e-cigarette. Ses victimes font partie de 450 malades répertoriés sur le territoire américain, qui sont atteints d’un syndrome pulmonaire très grave. Les soupçons portent sur des produits à base de marijuana, possiblement contrefaits.

Le phénomène a pris de l’ampleur depuis la mi-avril, cependant, il a fallu du temps pour s’en rendre compte. Comme d’habitude, il a fallu attendre la mise en commun d’informations venant de médecins et d’hôpitaux des différents États. Il est question d’un syndrome pulmonaire d’origine inconnue.

Un phénomène qui touche l’ensemble du pays

33 des États américains sur 50 sont touchés. Les plus concernés, semblent être à ce stade, l’Illinois et le Wisconsin dans le nord du pays. Ces deux États ont mené ensemble une enquête approfondie sur 53 patients. Celle-ci met en évidence le recours au vapotage. Le plus tragique et le plus étonnant de cette “tendance inquiétante”, semblent que ses utilisateurs de cigarettes électroniques hospitalisés pour de graves lésions pulmonaires, sont souvent jeunes et que leur santé s’est détériorée très rapidement.

Les médecins commencent à croiser les informations pour mieux déterminer des constantes dans les différents cas. Par exemple, des médecins cliniciens de l’hôpital de l’Université d’Utah et d’autres en Caroline du Nord, ont indiqué avoir identifié, une forme rare de pneumonie, la pneumonie lipoïde. Daniel Fox, un pneumologue hospitalier de Caroline du Nord, qui a traité cinq patients, explique “elle peut se déclencher quand des huiles ou des substances contenant des lipides pénètrent dans les poumons”.

Les origines de ce syndrome restent floues

Le mystère s’épaissit autour de l’origine précise, car l’administration qui gère les épidémies au niveau fédéral, souligne qu’aucun produit de vapotage en particulier, n’a été associé à ce trouble. Il ne reste pour l’instant, qu’un panel de suppositions et de probabilités basées sur les constatations. Sur les 53 malades dans l’Illinois et le Wisconsin, 84 % des malades ont déclaré utiliser dans leur cigarette électronique des produits à base de marijuana, et 14 % des produits mêlant marijuana et nicotine. Cependant, il faut tenir compte que les adolescents rechignent à admettre qu’ils consomment des produits à base de marijuana.

L’Administration de l’alimentation et du médicament (FDA), a collecté plus de 120 échantillons des produits utilisés par les personnes malades et elle conduit toute une série d’analyses chimiques. Cependant, l’éventail est large, car les malades de l’étude ont utilisé des dizaines de produits de marques différentes et d’arômes différents. Le label “Dank Vape” revient le plus souvent. L’enquête révèle aussi, que les marchands qui les écoulent réutiliseraient fréquemment des cartouches vides, potentiellement contaminées. Les autorités sanitaires, ont indiqué concentrer leurs recherches sur des produits de contrefaçon ou des produits coupés.

Comme aucune piste n’est écartée, cela va certainement déboucher sur un bon prétexte pour mettre un peu d’ordre et édicter de nouvelles réglementations dans la filière.

Crédit photo : owain mcguire

Laisser un commentaire