Lactips propose du plastique alternatif à base de protéines de lait

D’un côté, il y a les partisans de l’écologie qui ne veulent plus de plastique, et ils en font une condition incontournable pour sauver la planète. De l’autre, il y a les industriels et les fabricants qui ne voient pas comment s’en passer. Au milieu, on pourrait maintenant retrouver Lactips. Cette start-up, propose un plastique entièrement soluble, biodégradable et comestible, en fait, sans plastique tel que nous le connaissons.

Lactips, start-up basée à Saint-Jean-Bonnefonds, près de Saint-Etienne (Loire), a été créée en 2014. Elle fabrique un plastique entièrement soluble, à base de protéines de lait, ou plus exactement à partir de surplus de protéines de lait.

Comme on peut aisément l’imaginer, Lactips se fournit auprès de laiteries. Elle emploie le lait écrémé, qui une fois séché peut se transformer en poudre. C’est cette poudre que la start-up achète, pour ensuite la transformer en petits granulés de plastique.

Actuellement, Lactips travaille avec la filière des détergents. Il s’agit de produire des films plastiques solubles permettant de conditionner à l’unité des produits en poudre ou en tablette. C’est le cas des pastilles de lave-vaisselle ou de lessive par exemple.

Pour cela, Lactips dispose actuellement de deux lignes de production, avec une capacité de 1 500 tonnes par an, qui lui permette d’assurer un contrat d’exclusivité avec le géant Allemand BASF.

Il est évident, que la start-up surfe particulièrement bien dans une période ou le terme de plastique n’apparaît plus très compatible pour l’image d’une filière. Toutes les solutions alternatives sont recherchées et bonnes à prendre. A ce titre, la start-up compte profiter des réglementations de plus en plus strictes en la matière, pour faire valoir son produit.

Marie-Hélène Gramatikoff, une des co-fondatrices explique, “notre plastique est composé à 60 % de caséine de lait. L’idée était de remplacer le plastique courant par un substitut super-naturel et non impactant sur l’environnement”.

Pour son développement, Lactips envisage l’ouverture d’une nouvelle usine de 2 500 m² d’ici le début de l’année 2021, toujours près de Saint-Etienne. Pour financer son projet, la start-up d’une quarantaine d’employés souhaite lever des fonds dans les six à douze prochains mois.

Crédit photo : brian-yurasit

 

 

Laisser un commentaire