Août 1944, la libération de la France entraîne la création de l’AFP

Si le mois d’août en France est en général, un mois calme propice aux vacances, ce ne fut pas le cas du mois d’août 1944. Nous sommes en pleine libération de Paris et les événements s’enchaînent. Pour les rapporter, et mobiliser les esprits, il faut aussi avoir un organisme de presse. Paris n’est pas encore libéré, qu’un petit groupe de résistants investit l’Office français d’information (OFI), un organisme collaborationniste, créé par le régime de Vichy, ils vont donner naissance à l’AFP.

Ils sont 8, au pied du 13 place de la Bourse, c’est là que se trouve l’immeuble qui abrite l’OFI depuis quatre ans. Pas grand monde dans les rues, les combats ont déjà commencé dans la capitale. 2 gardiens de la paix armés accompagnent le groupe. Ils entrent dans les locaux, pas de résistance, plutôt la surprise de ceux qui travaillent là. Martial Bourgeon lance, “personne ne bouge, personne ne sort. Désormais, vous travaillerez pour la France, au lieu de travailler pour les Allemands“. Seul un censeur allemand est enfermé au sous-sol.

Le premier travail consiste à prendre contact avec les équipes des journaux clandestins, comme “Combat”, “Défense de la France”, “Le Parisien Libéré” et L’Humanité”…

A 11h30, est publiée la première dépêche. Les suivantes vont arriver, elles sont tirées avec des moyens très rudimentaires et distribuées par des cyclistes aux journaux et au PC de la Résistance.

D’autres journalistes vont agrandir l’équipe, il s’agit de réunir les journalistes de la Résistance et ceux de la France libre, basés à Londres. De leur côté, ils ont eu la possibilité de réfléchir au devenir de cette agence au-delà de la fin des hostilités.

Il s’agit de recréer une grande agence de presse française d’un type nouveau et pas soumise aux caprices de propriétaires plus soucieux de rentabilités, que de qualités d’information. Il faut aussi éviter de verser dans une propagande d’état classique.

De ses 2 conditions, est né le statut inédit de l’AFP, qui n’interviendra que plus tard, par la loi du 10 janvier 1957. Cette loi et son statut, lui garantissent son indépendance. Ses objectifs sont de “rechercher les éléments d’une information complète et objective”, et de faire payer ses usagers qui s’abonnent à ses fils de dépêches pour mener à bien ses missions. 2 organes assurent la direction de l’agence. D’une part, le Conseil supérieur, “chargé de garantir la pérennité”. D’autre part, le Conseil d’administration, plus nombreux, qui se réunit plus régulièrement, c’est-à-dire 4 fois par an minimum contre 2.

L’AFP, est aujourd’hui une des trois grandes agences de presse mondiale, avec Reuters et Associated Press. Ses journalistes sont présents dans plus de 150 pays.

Crédit photo : absolutvision

Laisser un commentaire