can2019-toute-lactu
De la France à la Côte d’Ivoire, la CAN a fait vibrer les jeunes

Comme tous les deux ans, l’Afrique a vécu pendant un mois au rythme du football lors de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. Le tournoi, qui a débuté en même temps que la Coupe du monde féminine, a eu un retentissement mondial, inspirant même l’organisation d’autres compétitions…

Le football a été au cœur de l’actualité mondiale en juin et en juillet. Après la Coupe du monde féminine, qui s’est déroulée en France et a rencontré un fort succès du 7 juin au 7 juillet, la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) a pris le relais du 21 juin au 19 juillet en Égypte, pour une 32e édition historique. Contrairement à la Coupe du monde, qui a consacré l’équipe des États-Unis pour la quatrième fois en moins de 30 ans, la CAN 2019 a couronné le onze d’Algérie, qui n’avait plus remporté la compétition depuis 1990. Victorieux des Lions sénégalais sur le plus petit des scores (1-0), les Fennecs algériens ont manifesté leur joie dans les rues d’Alger, mais aussi dans de nombreuses métropoles étrangères. Car comme tous les deux ans, la CAN est suivie par des millions de personnes issues de la diaspora africaine et dispersées à travers le monde. Les célébrations des victoires algériennes ont d’ailleurs provoqué des débordements en France et en Belgique, largement relayés dans les médias. Mais au fil des semaines, des millions d’Africains n’ont cessé de vibrer au rythme des matchs de leur équipe nationale, comme le prouvent les statistiques de Facebook sur le sujet… Entre le match d’ouverture et les demi-finales, plus de 10 millions de personnes ont échangé autour de la CAN 2019 sur le réseau social, générant un total de près de 30 millions d’interactions (likes, commentaires, partages, etc.). C’est au Nigéria que les supporters ont été les plus actifs sur Facebook, devant l’Afrique du Sud, le Ghana et bien-sûr l’Algérie.

Le succès des CAN des quartiers en France

La CAN n’a pas passionné qu’à travers les écrans. L’événement a aussi fait des émules sur les terrains de football, comme le prouvent les différents tournois organisés avant et pendant la compétition. À Évry, l’Epinetzo a tenu en haleine les habitants du quartier populaire des Épinettes en mai et en juin. Cette « CAN des quartiers » a opposé des équipes représentant sept pays africains (Mali, Cameroun, Algérie, Maroc, Tunisie, Congo et Guinée) ainsi que les DOM-TOM et le Reste du monde. « C’est pire que la Coupe du monde, c’est pire que la Ligue des Champions… C’est chaud, c’est la CAN Epinetzo ! C’est un truc de malade ! », s’enflamme un habitant dans un documentaire intitulé « Évry, l’autre CAN ». L’enthousiasme autour du tournoi a même gagné les footballeurs professionnels africains ou d’origine africaine comme Didier Drogba, Benjamin Mendy, Karim Benzema, Mehdi Benatia, Ricardo Faty, qui n’ont pas hésité à encourager les équipes sur les réseaux sociaux. Cet emballement populaire et médiatique a également inspiré l’organisation d’autres CAN des quartiers dans des villes d’Île-de-France comme Créteil, Argenteuil, Mantes-la-Jolie ou Aulnay-Sous-Bois, où jusqu’à 4 500 spectateurs auraient assisté à la demi-finale Maroc-Mali. En province aussi, des CAN des quartiers ont vu le jour comme à Nancy ou à Nantes, où près de 200 personnes ont assisté à chaque match.

Dominique Nouvian Ouattara lance le tournoi Children of Africa en Côte d’Ivoire

En Afrique, la CAN 2019 a également fait des émules. Le 17 juillet, quelques jours avant la finale, Dominique Nouvian Ouattara, Première Dame de Côte d’Ivoire, a lancé le tournoi annuel de la Fondation Children of Africa, qui aura forcément une saveur particulière pour les centaines de jeunes joueurs et joueuses de 7 à 15 ans. Jusqu’à la rentrée scolaire, les participants à cette 12e édition pourront mesurer leurs talents dans une soixantaine de villes du pays. Accessible gratuitement, ce tournoi récompensera les équipes finalistes de trophées, d’un chèque pour leur localité ainsi que de maillots et de ballons. « Depuis sa première édition en 2008, nous avons constaté que les tournois de football que nous organisons maintiennent nos enfants loin des dangers liés à l’oisiveté et aux mauvaises fréquentations, a déclaré la présidente de Children of Africa lors du lancement en présence de plusieurs ministres ainsi que du président de la fédération ivoirienne de football, Sidi Diallo. Les enfants ressortent des tournois plus épanouis et surtout marqués par des valeurs telles que l’esprit d’équipe et la discipline, valeurs cardinales à la pratique du football. » Ce tournoi constitue l’une des actions phares de la fondation créée par la Prémière Dame Dominique Nouvian Ouattara, qui œuvre depuis plus de 20 ans pour l’accès à l’éducation, à la santé et à l’égalité sociale pour les jeunes et les femmes de Côte d’Ivoire et d’Afrique.

Laisser un commentaire