Football : Nîmes Olympique va se doter d’un nouveau stade

L’équipe de football de Nîmes Olympique, est considérée comme le plus petit budget de Ligue 1. Cela ne l’empêche pas de rêver grand et son propriétaire Rani Assaf, a de grandes ambitions. Il a décidé de mettre 200 millions d’euros dans la création d’un nouveau quartier autour du futur stade dont l’inauguration est prévue en 2025.

C’est vrai, que Rani Assaf, n’est pas que le propriétaire du Nîmes Olympique, c’est avant tout le directeur général délégué d’Iliad (Free), et à ce titre, cela lui donne les moyens de voir plus grand et plus loin que d’autres.

Des moyens, il va en falloir, car à l’heure actuelle, les nouvelles du mercato ne sont pas très enthousiasmantes en vue d’un objectif minimum de maintien en Ligue 1 du club. Celui-ci, a dû se résoudre à laisser partir quelques joueurs importants, comme Savanier, Ferri chez le voisin Montpellier, mais aussi Bouanga à Saint-Etienne, et même Thioub à Angers. Côté renforts par contre, c’est encore un peu le néant et on peut tout juste annoncer que Nîmes a signé avec Royal Canin comme sponsor premium.

Apparemment, cela n’entame pas la détermination du propriétaire du club, qui au cours d’une conférence de presse vient de présenter son futur projet. Tout d’abord, un nouveau stade de 15 100 places, la future enceinte remplacera sur le même site l’actuel stade des Costières.

La nouvelle structure, correspondant à 55 millions d’euros d’investissement, sera assumer par Rani Assaf. Elle va s’inspirer largement des arènes de la ville dans sa conception. Il s’agit d’assurer une continuité et une spécificité locale. Son architecture extérieure, faite d’arches, va obliger tout le monde à monter au 3e étage, à passer par la case bodega (restauration) pour descendre à leur place.

Le projet de Rani Assaf ne s’arrête pas là. A la manière des clubs anglais maîtres en la matière, ou de Lyon précurseur en France, il s’agit de varier et de multiplier les recettes. C’est l’entreprise Opalia, qui va opérer sur la conception d’un véritable quartier de 800 logements et de nombreux commerces de proximité. Il est aussi question d’un Ehpad, et d’une résidence étudiante.

Le coût total de l’opération devrait avoisiner 200 millions d’euros HT. Rani Assaf explique sa vision des choses, “l’idée à terme est de dégager annuellement 10 millions d’euros de recettes hors foot. Aujourd’hui, la buvette ne rapporte que 200 000 euros, c’est à peine le salaire d’un joueur de Ligue 1″.

Il est évident, que pour passer un palier supérieur dans le football moderne, on ne peut plus se contenter de quelques sponsors, même très dévoués. Comme partout, l’argent appelle l’argent.

Crédit photo : tevarak phanduang

Laisser un commentaire