journees-industrie-electrique-nucleaire
Industrie électrique : à la découverte des installations françaises

L’industrie française est en souffrance depuis plusieurs décennies en raison d’une mondialisation qui a tendance à délocaliser les usines dans des pays où les salaires sont moins élevés. Pourtant, tous les secteurs industriels ne sont pas logés à la même enseigne et celui de l’électrique peut même se targuer d’être un modèle avec un savoir-faire qui s’étend à des sources d’énergie toujours plus nombreuses et bas carbone. Une industrie bien portante et qui entend se faire connaître du grand public via des journées découvertes. Une plongée unique en son genre loin des sentiers battus.

Allumer une lampe ou la télévision, brancher son portable ou encore préparer son dîner sont des gestes quotidiens qui nécessitent tous la même chose : de l’énergie. En France, l’énergie reine est l’électricité en raison de choix stratégiques qui se sont dessinés au cours des dernières décennies. Contrairement à ses voisins, la France utilise beaucoup l’électricité pour le chauffage. Le gaz est devenu une énergie complémentaire pour un pays qui a fait le choix de l’indépendance énergétique. Un choix judicieux puisque le coût de l’énergie dans l’Hexagone est moins élevé que la moyenne européenne. Pour cela, il a fallu développer le parc nucléaire le plus important d’Europe.

Un mix énergétique unique au monde

Ainsi, en 2019, le nucléaire domine toujours de la tête et des épaules le mix électrique français. En effet, près des trois quarts de l’électricité produite en France sont issus des centrales nucléaires. Une proportion appelée à baisser au cours des prochaines années puisque le gouvernement a récemment tablé sur un objectif de 50 % en 2035. La réduction est assez importante même si les écologistes auraient préféré une trajectoire à l’Allemande avec une fermeture rapide des réacteurs.

Ce dernier scénario n’a finalement pas été retenu, car la filière nucléaire française a démontré sa solidité et une baisse trop rapide de la part du nucléaire est une invitation à un renforcement des énergies fossiles. Il s’agit là d’un contresens puisque l’objectif final des politiques publiques est d’accroître la part des énergies renouvelables au détriment des énergies les plus polluantes (à savoir le charbon et le pétrole). Le mix énergétique français est particulièrement peu polluant, car à côté du nucléaire les énergies renouvelables comptent pour 21 % (hydraulique compris). Il y a matière à se réjouir, mais aussi à comprendre comment cette industrie aux multiples facettes fonctionne.

Découvrir des installations qui font l’électricité d’aujourd’hui et de demain

La littérature sur l’industrie électrique est plutôt aride pour le commun des mortels. Il est en effet peu attirant de se lancer dans la lecture d’un article (même Wikipédia) dans lequel est décrit en détails le fonctionnement d’une centrale nucléaire ou la manière dont une éolienne produit de l’énergie. Pour rendre la découverte vraiment instructive et intéressante, les Français peuvent compter depuis 2011 sur les Journées de l’industrie électrique. Un week-end par an, EDF ouvre les portes de plusieurs dizaines de sites à toutes les personnes qui se posent la même question : comment ça marche ?

Le concept des journées portes ouvertes – certains diront découvertes – n’est pas nouveau et attire de plus en plus de monde sur les sites industriels. L’agroalimentaire et la production d’alcool en particulier sont les plus mobilisateurs puisque 60 % de ceux qui s’adonnent au tourisme industriel viennent découvrir les secrets de la confection de leur boisson ou de leur plat préféré. Suivent ensuite l’artisanat avec 18 % des visiteurs et les secteurs industriels et environnementaux qui drainent 10 % des visites. L’industrie énergétique a encore du chemin à parcourir avant de rattraper les usines de mise en bouteille, mais le programme proposé est pour le moins complet et attractif.

A partir de l’âge de douze ans, il est possible de visiter par exemple la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine avec à la clé une petite conférence pour comprendre facilement son fonctionnement suivi de la visite de la salle des machines. C’est une entrée dans un univers au décor et à l’ambiance insoupçonnés. Un univers encore différent pour la visite de l’usine marémotrice de La Rance ou de l’EDF Lab Paris-Saclay qui permet de découvrir mille et une facettes du travail des ingénieurs de l’énergéticien français.

Bref, il y en a pour tous les goûts. Les Journées 2019 de l’industrie électrique auront lieu les 15 et 16 juin prochains. Cela laisse un mois pour réserver et préparer une journée ou un week-end vraiment original et instructif à bien des égards. Une bonne idée pour voir d’un nouvel œil (plus averti) un génie industriel français qui n’ose pas toujours dire son nom.

Laisser un commentaire