Elections Européennes : record de listes en France

Nous pouvons d’ores et déjà dire qu’il y aura quelque chose de plus à l’occasion de ces élections européennes en France. C’est un nombre record de listes déposées. Elles sont au nombre de 33 pour les élections européennes prévues le 26 mai en France. C’est un signe évident de l’éclatement de l’échiquier politique dominé par le Rassemblement national et la majorité présidentielle.

En 1999, dernier scrutin comparable avec une circonscription unique, 20 listes de 87 candidats avaient été déposées. Cette fois, il devrait donc y avoir au total 2 607 candidats.

Certains analystes, y voient la difficulté grandissante des personnes pour faire suffisamment d’efforts et de concessions, afin de se regrouper en très grand nombre. Plus concrètement et plus spécifiquement, le politologue Stéphane Rozès, professeur à Science-Po et président de la société de conseils en stratégie Cap, explique de son côté “l’écart très important entre l’Europe souhaitée et ce qu’est l’Union européenne, entraîne une crise de la représentation politique, qui entraîne à la fois une forte abstention et un éclatement des familles politiques. D’où le nombre de listes“.

Evidemment, cet éparpillement inquiète les Partis traditionnels et la République en marche, car on ne sait pas exactement à qui ses différentes listes vont prendre des voix. Du côté LREM, on peut s’inquiéter d’y laisser suffisamment de plumes pour permettre au Rassemblement national de passer devant.

Plus dramatique encore la position des Partis traditionnels, qui voient leur électorat s’évaporer, comme la banquise sous le coup du réchauffement climatique. Les Républicains sont donnés autour de 14 %. Quant à la gauche, c’est tout simplement la débandade et l’incapacité de procéder à un quelconque rapprochement qui amplifie le mouvement. “C’est la décomposition politique en marche“, tacle Jean-Christophe Cambadélis, ancien numéro un du Parti socialiste dont la liste n’est créditée que de 5 %, voire moins.

Il cède du terrain entre autres à trois listes, qui sont liées aux Gilets Jaunes. Il s’agit de, “Evolution citoyenne” de Christophe Chalençon, “Alliance jaune” menée par le chanteur Francis Lalanne, ou encore “Mouvement pour l’initiative citoyenne” qui entend organiser un référendum d’initiative citoyenne au niveau national et européen. Elles rejoignent la liste féministe “A voix égales” de Nathalie Tomasini, ancienne avocate de Jacqueline Sauvage, le Parti animaliste, et l’éternelle liste pour défendre l’Espéranto.

Une chose est sûre, avec la multiplication des listes, il sera plus difficile de mener des réformes en profondeur au niveau européen. Le député européen et ancien ministre de l’Economie Jean Arthuis, membre de la majorité présidentielle (LREM) a tweeté, “je doute que les listes nationales contribuent au rassemblement nécessaire des députés qui représenteront les citoyens français désireux de construire une Europe qui prépare notre avenir et nous protège”.

Crédit photo : nemdil

 

Laisser un commentaire