L’Europe inflige à Google, une troisième amende de 1,49 milliard d’euros

Décidément, entre la Commission  européenne et Google, ce n’est pas vraiment le grand amour. Google, a une nouvelle fois été sanctionné pour abus de position dominante. Cela fait la 3e fois, et cette fois cela concerne AdSense for search, un système de publicité contextuelle du leader mondial de la recherche en ligne. Il apparaît, que Google sert un peu d’exemple de l’utilité de l’Europe face aux géants comme le GAFA. Cette utilité est opportune à rappeler quelques semaines avant les Européennes.

Pour l’institution communautaire, c’est clair avec AdSense for search, un système de publicité contextuelle du leader mondial de la recherche en ligne, Google a cherché à étouffer la concurrence. Le montant de l’amende a été fixé à 1,49 milliard d’euros.

L’intransigeante Commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager, a expliqué “entre 2006 et 2016, Google a eu un comportement illégal avec AdSense for search”. Google, a limité artificiellement la possibilité, pour les utilisateurs d’AdSense for search, d’utiliser des services d’affichage de publicités contextuelles concurrentes de Google. Pour cela, il a imposé l’exclusivité de ses services dans ses contrats avec des “sites partenaires”, de 2006 à 2009. Puis, il a exigé que les sites affichent “un minimum de liens publicitaires” d’AdSense for search et lui réservent “les meilleurs emplacements”.

Un beau fait d’armes, qui devrait conclure en beauté la présence de Margrethe Vestager comme commissaire européenne à la concurrence. Ces sanctions spectaculaires, ont marqué son action, qui se termine théoriquement fin octobre. Avec elle, la manière forte et de fortes amendes ont pris le pas sur des habitudes allant plus généralement vers des tractations. Certes, Google comme d’autres font appel de ses décisions, mais ils se gardent désormais de contester trop frontalement les décisions de la commissaire.

En interne, se joue aussi le remplacement de Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission. Mme Vestager fait partie des candidates à ce poste. L’importance du thème de la régulation des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) pourrait donc apparaître, comme un bon exemple de l’action de l’Europe et surtout celle de Mme Vestager.

Un autre avantage non-négligeable pour l’action de la Commission européenne. Mme Vestager, a fait savoir qu’elle espérait que son action “amènerait des gens à voter”. Raison de plus pour le faire savoir.

Crédit photo : google_interface

Laisser un commentaire