Ligue mondiale de rugby, World Rugby tente de s’expliquer

Avec cette menace de boycott de la Coupe du monde, on sent bien que le rugby a bien du mal à se structurer de manière internationale. Les projets de compétitions ont visiblement du mal à s’orchestrer. La World Rugby a dû revoir sa copie de Ligue mondiale. Elle réfléchit à un modèle plus ouvert et qui n’exclurait pas les archipels du Pacifique, qui possèdent le talent, mais pas les finances nécessaires.

Il faut dire, que des enjeux financiers de plus en plus importants influent sur les décisions. Il est fini le temps de football riche et corrompu et du rugby pauvre et pur. Dans le premier projet de la World Rugby, cette Ligue serait lancée dès 2020 avec 12 pays. C’est-à-dire celle du Tournoi des six nations, ceux de l’actuel Rugby Championship, qui est la compétition entre les quatre grandes nations de l’hémisphère sud. Comme cela ne fait que 10, on rajouterait le Japon et les Etats-Unis.

Réaction immédiate des nations du Pacifique comme les Samoa, Tonga, pour qui le rugby est presque une religion. Elles possèdent une équipe nationale, des joueurs de talent. La Pacific Rugby Players Welfare (PRPW), une association qui regroupe notamment des joueurs des Fidji, Tonga ou Samoa, a appelé vendredi ses 600 membres au boycott de la Coupe du monde 2019, prévue au Japon du 20 septembre au 2 novembre.

De nombreuses voix du rugby accusent World Rugby de favoriser des nations intéressantes financièrement au détriment des résultats concrets. C’est pour cela, que Brett Gosper, le directeur général de l’instance internationale du rugby à XV, a déclaré “la participation serait fondée sur le mérite en fonction du classement à un moment donné. Il n’est donc pas question d’exclure les îles du Pacifique“.

On s’orienterait vers le rajout de deux pays émergents au top niveau, ainsi que la création d’une compétition de deuxième niveau avec tous les avantages qui en découleraient pour les joueurs. On peut imaginer alors un système d’accession, relégation qui permettrait aux pays du Pacifique, comme d’autres du deuxième échelon international, d’être sélectionnés pour jouer dans la cour des grands.

La Word Rugby, précise que c’était l’idée finale prévue à la base. C’était peut-être mieux de le préciser clairement. On peut aussi imaginer que l’organisme a revu sa copie pour mieux prendre en compte, le sort de ce niveau 2 et donner des gages d’évolution possible. Il s’agit de calmer les esprits et les réactions virulentes parmi les rugbymen à quelques mois de l’échéance japonaise.

Au-delà de toute cette mise en place, il reste encore à voir concrètement le calendrier, car par exemple, la Ligue nationale de rugby (LNR) français, s’est inquiétée de l’alourdissement impliqué par la Ligue mondiale, se plaignant par ailleurs de ne pas avoir été consultée et réclamant des informations “dans les meilleurs délais”.

Crédit photo : Phill_Heck

Laisser un commentaire