Arnaud Montebourg ouvre une école d’apiculture à Dijon

La création de cette école, se fait en parallèle du lancement d’une marque de miel. Il s’agit pour lécole de l’ex-ministre de “former des entrepreneurs apiculteurs capables de produire avec des cheptels de grande taille, qui se consacrent exclusivement à ça“. Le but est de procéder aussi, au repeuplement des abeilles.

La première promotion, compte huit hommes et quatre femmes âgés de 22 à 52 ans. Ce sont, toutes des personnes actuellement sans emploi et en reconversion professionnelle. La formation dure six mois, elle est constituée d’une partie théorique, portant sur la biologie de l’abeille, le marché du miel ou encore la gestion d’une exploitation apicole, ainsi qu’une formation pratique, à travers des stages, notamment.

La totalité de son coût est de 50 000 euros pour l’ensemble des élèves. Le financement est pris en charge dans le cadre d’une convention entre Pôle Emploi et l’organisme de formation Opcalia. L’école profite aussi d’un financement de la région Bourgogne-Franche-Comté et complété par des mécènes privés.

Cette école s’inscrit parfaitement dans la démarche plus globale soutenue par Arnaud Montebourg. Pour lui, le futur s’habille donc avec des rayures noir et jaune, car il vient de lancer une marque de miel “d’origine France garantie”, appelée “Bleu Blanc Ruche”. Celle-ci s’engage à acheter du miel à des apiculteurs français à un prix supérieur au marché, en contrepartie de quoi, ceux-ci s’engagent à augmenter leur cheptel. Il s’agit de s’attaquer à “un problème de société : la disparition des abeilles mellifères”, selon M. Montebourg.

Bien sûr, les apiculteurs issus de son école, seraient prioritaires s’ils souhaitaient rejoindre les 45 professionnels travaillant déjà avec la marque, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 150 000 euros au cours du dernier trimestre 2018. Ainsi, la boucle est bouclée, car l’école d’apiculture, comme la marque de miel, est portée par la Société d’élevage et de repeuplement des abeilles de France (Seraf), basée à Dijon, dont M. Montebourg est actionnaire à hauteur de 35 % aux côtés notamment d’apiculteurs.

Une sorte de grosse ruche avec toujours plus d’abeilles, qui butinent autour en quelque sorte…

Crédit photo : afiq nashiron

 

Laisser un commentaire