Brésil : bœuf balle bible les 3 B, soutiens de Jair Bolsonaro

Le deuxième tour d’une élection présidentielle, est parfois l’occasion pour les deux candidats restants de moduler leurs propositions en vue d’une alliance. Par contre, pour le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro, ce n’est pas apparemment le cas, il compte en effet s’appuyer sur les lobbys conservateurs, et pour cela, il convient de rester ferme sur ses positions.

Il a déjà, comme on dit, planté le décor en précisant qu’il était un nostalgique de la dictature militaire de 1964-1985. Au moins, on sait vers quoi, il veut aller. Alors qu’il était en discussion avec d’autres Partis pour former une alliance de gouvernement au Parlement, il a tenu à préciser, qu’il n’était pas question de devenir dans l’entre-deux tours un candidat de la “paix et de l’amour” pour élargir sa base électorale.

Ainsi, pour cet ancien officier âgé de 63 ans, ce sera un gouvernement réduit de 15 ministères. Il aura pour tâche générale de réduire les impôts sur les salaires, de privatiser ou de fermer nombre d’entreprises publiques, sans oublier surtout le cheval de bataille que constituent la lutte contre la corruption de la classe politique et l’insécurité. Ce sont ces deux thèmes, qui l’ont mené en tête de ces élections.

Voilà, de quoi ravir ces soutiens les plus fervents que l’on retrouve dans de puissants lobbys conservateurs. Il s’agit des intérêts de l’agro-business (bœuf), de la libéralisation du port d’armes, à la ligne dure en matière de sécurité publique (balle) et des églises évangéliques (Bible). Autrement dit les trois B, à savoir bœuf balle bible.

Ceux-ci, ont affirmé leur soutien, “nous allons unir nos forces pour éviter que les candidats liés à la corruption et à l’aggravation de la crise économique reviennent au pouvoir“, avait dit la semaine dernière le Front parlementaire agricole (FPA), groupe qui représente le lobby agro-alimentaire.

Après la nourriture, les armes, le leader Arminio Fraga, a affirmé sur les réseaux sociaux qu’il “était ami de Bolsonaro depuis trente-six ans” et qu’il voulait “gouverner avec lui”.

Enfin, tout ceci finit dans une grande messe, puisque le pasteur Hidekazu Takayama, le leader du bloc évangélique au Parlement, a affirmé que Bolsonaro “défend les valeurs chrétiennes de la famille” et le soutenir serait une “tendance naturelle“.

Les prochains dimanches type au Brésil, pourraient devenir la messe du matin, puis un bon barbecue et pour finir un bon ball-trap, le tout en famille bien sûr.

Crédit photo : Kauzz

 

Laisser un commentaire