France : à la source de l’impôt

Au moment où Monsieur Darmanin, ministre de l’Action et des comptes publics, annonce le report de l’impôt à la source, pour les salariés des particuliers, les contribuables quant à eux, ont fini de remplir leur déclaration d’impôts. Ce prélèvement à la source, prendra effet en janvier 2019, et cela donnera le temps, selon des rumeurs de couloir, pour faire des tests dans certains départements.

D’après les propos recueillis par La Croix, auprès de Monsieur Darmanin, “ce décalage d’une année est une mesure de simplification. Il va nous donner le temps de finaliser le système tout-en-un qui permettra, à partir de janvier 2020, à tous les particuliers employeurs de déclarer aisément leurs salariés et d’acquitter en même temps aussi bien les cotisations sociales que l’impôt à la source“. Il faudra donc attendre janvier prochain, pour voir apparaître sur les fiches de salaire en même temps que le prélèvement des cotisations sociales, ce fameux impôt prélevé à la source.

Comme à chaque fois, au moment où l’on planche sur sa feuille d’impôt, immanquablement, les mêmes questions reviennent. Pourquoi paie-t-on des impôts ? Pourquoi donner de l’argent à l’Etat ? Savez-vous que ces questions étaient déjà posées à la fin du Moyen-âge ? Bon, faisons un petit tour en arrière, déjà en 1356, les délégués des Etats généraux ont été réunis à Paris, et il leur a été demandé de faire voter des taxes. Au Moyen-âge, le roi de France levait un impôt à titre extraordinaire, à des fins militaires, le plus souvent. Hélas pour nous autres, futurs contribuables, la guerre qui commença en cette période, fut celle de cent ans. Inutile de dire, que les impôts prélevés à des fins militaires devinrent donc réguliers, et cette habitude ne se perdit pas, loin de là. Les régimes et les gouvernements, se sont succédé au fil des siècles, et une chose n’a jamais changé, la présence des impôts.

La fiscalité, a toujours comporté des réformes plus ou moins importantes, et à chaque fois, cela ressemble à une révolution. Certains Partis politiques sont pour, d’autres moins, et enfin pour certains pas du tout. Certaines personnes sont mêmes, très réticentes à ce prélèvement à la source, car cela sous-entendrait que l’employeur saurait qui de ses salariés à un patrimoine par exemple.

Soyons rassurés, pour les petits cachottiers, il y aura toujours l’alternative du crédit d’impôt.

Crédit photo : Marc Fulconis

Laisser un commentaire