Mondial : comme d’habitude, l’avenir des stades fait débat

La rencontre entre la Suède et la Corée du Nord, a surtout mis en évidence, la superbe réalisation que représente le stade Nijni Novgorod, c’est certainement l’un des plus beaux stades de cette Coupe du monde. Cependant, on peut craindre pour le futur de cette nouvelle installation. Elle risque, à l’instar de nombreuses réalisations faites pour ce type d’événements, d’être peu utilisée, et même abandonnée, surtout dans des régions extrêmes.

Le stade flambant neuf de Nijni Novgorod, a une capacité de 44 899 places. Il a coûté la bagatelle de 250 millions d’euros. Le souci, c’est que ce magnifique et coûteux stade, ne semble pas adapté pour les besoins de l’équipe locale. En effet, l’Olimpiets Nijni Novgorod, qui héritera du stade, évolue en D2 russe et réunit en moyenne à peine plus de 5 000 spectateurs.

En fait, la région vibre surtout pour le Torpedo, l’équipe de hockey sur glace. Le Torpedo, a acquis depuis longtemps ces lettres de noblesse, et c’est une source de fierté en ville. Il fut le premier club russe non basé à Moscou, à finir une saison sur le podium du championnat en 1961. Depuis, il peut se réjouir d’être régulièrement bien placé dans les compétitions et ainsi contester la suprématie des clubs de la capitale au début des années 1980.

Ce stade n’est pas le seul dans cette perspective pessimiste, le stade de Sotchi, d’une capacité de 48 000 spectateurs, et qui a accueilli le match entre le Portugal et l’Espagne, pose la même question. La ville ne comptait même pas d’équipe de football avant qu’un club de deuxième division de Saint-Pétersbourg situé à 2 300 km plus au nord, ne s’installe sur les rives de la mer noire.

Pour revenir à Nijni Novgorod, le salut va peut-être résider dans sa proximité avec la cathédrale Alexandre Nevski datant XIXe siècle. Il est question de shows, spectacles et autres événements culturels publics. Le foyer pourra accueillir des expositions. Après la Coupe du Monde, certains locaux sous tribunes seront affectés au commerce.

L’espace autour du stade sera transformé pour y construire un parc, des parkings, des terrains de mini-foot et des courts de tennis. On est évidemment bien loin du football.

Tout cela nous remet en mémoire les polémiques notamment, avant et après la Coupe du monde 2014 au Brésil. Certaines enceintes ont exigé l’expulsion d’habitants pour la construction et d’autres notamment celles de Manaus en pleine Amazonie se sont avérées démesurées, parfaitement inutiles et très coûteuses en fonctionnement.

Photo de : bcassa

 

Laisser un commentaire