Royaume-Uni : un rapport évoque le nom de “Londongrad” pour désigner la capitale Londonienne

Bien souvent, le manque de réaction ferme de la part du gouvernement britannique face à la politique étrangère agressive de Moscou, est pointée du doigt. Cette mollesse se voit de plus en plus, et dernièrement, c’est même une commission parlementaire britannique qui en parle. En arrière-plan, la commission dénonce le poids de l’argent russe caché dans les actifs britanniques, et blanchi via les institutions financières de la City. Ils pèseraient lourdement dans certaines prises de position envers la Russie.

Ce n’est pas vraiment un secret, la place financière de Londres est un lieu privilégié par les hommes d’affaires russes, qui ont surgi depuis la chute de l’URSS en 1991. Tous ces investissements massifs russes, ont même valu à la capitale britannique le surnom de “Londongrad”.

Le président de la commission, Tom Tugendhat est clair quand il déclare, “l’ampleur des dégâts que cet argent sale peut causer aux intérêts britanniques en matière de politique étrangère, éclipse le bénéfice des transactions russes à la City”.

L’affaire de la tentative d’assassinat sur l’ancien agent double russe Sergueï Skripal et sa fille, le 4 mars dernier à Salisbury, dans le sud de l’Angleterre est significative. Un rapport de la commission parlementaire des Affaires étrangères estime, que l’argent russe nuit à l’efficacité et aux maintiens de la fermeté des critiques émises par Londres contre Moscou.

La commission continue sa mise en garde, et préconise que la Grande-Bretagne doit étroitement travailler avec ses alliés internationaux. Il s’agit de rendre plus difficile pour la Russie, l’émission d’obligations souveraines, qui ne sont pas soumises à des sanctions, via des banques, qui elles sont sanctionnées.

Elle rejoint en cela les mises en garde de l’Agence nationale contre le crime (NCA), précisant que des Russes cherchent à rendre légitimes les bénéfices de la corruption. Cela concernerait plusieurs centaines de milliards de livres, qui seraient blanchis au Royaume-Uni chaque année.

Pour finir, le rapport va plus loin, et précise que tout cela ferait partie d’une stratégie globale dangereuse pour la sécurité nationale. Le rapport n’épargne pas le président russe Vladimir Poutine, qu’il accuse de vouloir “saboter le système international fondé sur des règles”. Tom Tugendhat rajoute même, “il n’y a aucune raison pour le Royaume-Uni de fermer les yeux quand les kleptocrates du président Poutine, et ceux qui portent atteinte aux droits de l’homme utilisent de l’argent blanchi à Londres pour corrompre nos amis, affaiblir nos alliances et compromettre la foi en nos institutions”.

Crédit photo : Miguel Melon

 

 

Laisser un commentaire