France : les touristes reviennent en masse

Étant donné, qu’il n’y a pas tant que cela de bonnes nouvelles en cette fin d’année, saluons celles qui nous viennent de la fréquentation touristique, qui devrait battre des records en France en 2017. Elle profite du retour des visiteurs étrangers après deux années aux résultats plutôt maussades. En conséquence directe, l’hôtellerie renoue avec la croissance.

Le président du Conseil régional du tourisme (CRT) d’Ile-de-France, Frédéric Valletoux explique, “on a plus que retrouvé les niveaux d’avant les attentats de 2015, et on s’achemine vers un record en terme de fréquentation pour l’année“.

Il semblerait donc, que les terribles effets des attentats sur le tourisme en France se dissipent. Les dix premiers mois de 2017, représentent déjà la meilleure performance des dix dernières années en terme d’arrivées hôtelières.

Toujours selon M. Valletoux, “les arrivées de touristes étrangers sont en hausse de 14,4 % depuis le début de l’année. Il y a notamment un retour en force des Japonais, en progression de 36 %, qui ont également un fort pouvoir d’achat, ou encore des Américains qui sont le premier contingent de visiteurs étrangers“.

Sur l’ensemble du territoire français, la fréquentation touristique devrait être comprise entre 88 et 89 millions d’arrivées de visiteurs internationaux. Cela constituerait, un record historique selon le quai d’Orsay. Les derniers indicateurs font dire à Roland Héguy, président de la principale organisation du secteur l’Umih, “les prévisions pour les fêtes de fin d’année sont bonnes“.

Cependant, si la satisfaction est de mise dans l’hôtellerie, elle est plus modérée dans le secteur de la restauration, où la reprise est moins forte, avec une hausse de seulement 0,6 % des “visites” de clients. Cependant, l’optimisme est tout de même de rigueur pour 2018.

On note aussi, selon Agnès Théodose, déléguée générale du Syndicat national de la restauration thématique et commerciale (SNRTC), que dans les chaînes de restauration, l’amélioration est “légère au second semestre, mais sans retrouver les niveaux, d’il y a cinq ou six ans, on est encore sur des niveaux très fragiles, ce n’est pas l’euphorie“.

Il ne faut cependant pas oublier, qu’il est difficile de trouver un vrai commerçant qui affirme que tout va bien.

Crédit photo : Alain COSTE

Laisser un commentaire