La Coupe de la Ligue : la mal-aimée du football professionnel

La dernière affiche de la finale de la  coupe de la ligue, a proposé ce que l’on peut faire de mieux avec une affiche alléchante PSG-Monaco. Pourtant, depuis sa création il y a 22 ans, cette compétition passe pour être la moins prodigieuse du football français, et il est régulièrement question de la supprimer.

Cette compétition a subi bien des railleries. Elle fut qualifiée de “Coupe Moustache” quand elle était défendue par l’ancien président de la Ligue de football, Frédéric Thiriez, mais aussi de “Coupe Machin” par Raymond Domenech, alors sélectionneur national ou de “danseuse” par Pape Diouf, ex-président de l’OM.

Il faut bien avouer, qu’il n’y a vraiment que la finale qui passionne les foules. Pour le reste, ce sont souvent des matchs couperets joués dans des stades à moitié vides. Les spectateurs regardent souvent les équipes dont la composition, fait pudiquement appel à ce que l’entraîneur nomme “turn-over de l’effectif”.

En fait, on reproche à la Coupe de la Ligue de surcharger le calendrier. Il est vrai qu’elle fut créée en 1995 à la condition, que la première division passe de 20 à 18 clubs. Ce qui fut le cas de 1998 à 2002, avant que les présidents de clubs ne ragrandissent l’élite. Cependant, Frédéric Thiriez, l’ancien président de la LFP fait justement remarquer que c’est surtout l’UEFA qui a surchargé le calendrier, “le nombre de jours de compétitions, organisés pour les Coupes d’Europe est passé de 7 en 1955-56 à 45 aujourd’hui. Le problème du calendrier ne vient pas de l’intérieur”.

De plus, certains clubs devraient remercier cette compétition qui permet parfois de sauver une saison mal engagée et non-conforme aux attentes, ou permettre à des clubs aux passées prestigieux de renouer avec un titre en pleine période de disette.

Cette compétition reste financièrement une affaire rentable, elle fait à peu près aussi bien que son aînée, la Coupe de France qui, de son côté a beaucoup plus perdu de son attrait. Il faut rajouter, que la manne audio-visuelle qui a longtemps stagné autour des dix millions d’euros, est passée en 2015 à 23,9 millions, lorsque Canal+ a acheté les droits de diffusion de tous les matchs.

On voit donc mal, la ligue et les clubs se priver de ces revenus ou alors, on pourrait proposer à ces pauvres joueurs surmenés, de jouer un peu moins et de gagner beaucoup moins.

Crédit photo : Yann Caradec

 

Laisser un commentaire