La crise économique en perspective

L’actualité nourrit de débats  politiques faisant l’objet d’incessantes et interminables réunions et conférences en Europe comme ailleurs, la crise économique qui sévit et qui frappe de plein fouet, les pays que l’on considérait les plus puissants et développés dont on croyait qu’ils ne connaîtraient jamais de crises…

Mais l’histoire nous rappelle que le monde en a toujours connu en un certain moment. Selon Wikipédia, la crise économique est définie comme un profond retournement de la situation économique d’un pays, d’une nation ou d’une zone géographique plus importante. D’autres, comme les Economistes pensent qu’on peut en parler du moment où la croissance économique d’un pays est négative durant deux trimestres consécutifs.

Après les USA, c’est le tour des pays de l’espace Euro d’être touchés par cette gangrène. L’Europe est menacée par une crise économique dont le virus a déjà contaminé la Grèce et l’Italie. Voulant parer et éviter la contamination générale de cette crise, de multiples conférences sont organisées en Europe sous l’initiative et la houlette du couple franco-allemand, locomotives de l‘Union Européenne.

Elles rassemblent les dirigeants de ces pays pour réfléchir sur leurs causes et trouver des solutions non temporelles mais durables. L’objectif n’est pas d’éviter la contamination générale mais aussi de venir à la rescousse des pays comme la Grèce et l’Italie qui subissent déjà.

Pour ce faire, des mesures draconiennes comme des politiques d’austérité et de restriction budgétaires sont adoptées et doivent être imposées aux « pays malades », comme une thérapie économique afin de les faire guérir et les faire sortir de cette situation délicate qui, si on ne prend garde gagnerait tout le monde et portera encore un coup dur  aux efforts de développement que certains pays sont en train de consentir. Ces crises ne sont pas sans conséquences directes sur le Sud, surtout l’Afrique qui dépend en quasi-totalité des aides au développement de ces pays qui connaissent la crise.

Ainsi l’Europe a dû solliciter l’aide financière de la Chine pour donner une bouffée d’oxygène à la Banque Centrale de l’Europe, une institution financière de la zone Euro à bout de souffle. Cette décision défendue par la France et son Président, Nicolas Sarkozy, est mal vue par les USA et certains pays Européens.

Une conférence du G20 regroupant les pays les plus riches du monde et les pays émergeants du Sud a été tenue. Le but de cette conférence était de trouver les voies et moyens pour tordre le cou aux virus qui gangrènent l’économie européenne et veut gagner les autres parties de la planète.

Avant l’Europe c’est les USA qui ont connu cette crise. Il a fallu la pression énergique de son Président Barack Obama sur le parlement pour adopter un projet de loi qui a fait passer un vote pour solliciter l’aide financière des banques pour sauver les institutions qui sont en faillite et en crise. Cette décision n’a pas plu à beaucoup d’acteurs politiques, et surtout à ses adversaires politiques, les Républicains.

Laisser un commentaire