L’industrie de la plaisance en bonne santé

Malgré la crise, l’industrie des bateaux de plaisance se porte plutôt bien. Avec un chiffre d’affaires de 901 millions d’euros, le secteur affiche même une production en hausse de près de 11 %, en dépit d’un marché intérieur qui peine à se stabiliser. En France, la vente de bateaux neufs est en diminution d’environ 4 %, pour 18 220 unités immatriculées.

Néanmoins, l’industrie nautique française (qui représente environ 10 % de la production mondiale), se rattrape avec des exportations en hausse, à un moment où la production américaine concurrente, fortement éprouvée par la crise bancaire, marque sérieusement le pas, comme d’ailleurs les grands chantiers italiens.

La croissance du secteur est donc largement tirée par l’export, surtout vers les pays d’Europe du nord et de l’est, mais également vers les pays émergents comme la Thaïlande ou les Philippines. La Chine et la Turquie voient également apparaître une nouvelle clientèle, portée par l’image positive du nautisme. Un phénomène que l’on retrouve aussi au Brésil ou en Argentine, en dépit de lourdes protections douanières.

Avec plus de 64 000 ventes entre août 2010 et août 2011, le marché de l’occasion est également en hausse de 5 % en France. « Cela génère de la maintenance et de la remise à niveau pour les métiers de service », explique la Fédération des industries nautiques (FIN). Un secteur qui représente un chiffre d’affaires de trois milliards et compte 30 000 emplois.

Laisser un commentaire