VOD: L’offre encore trop chère et restreinte

Le cinéma représente à l’heure actuelle l’activité principale de VOD en France, avec une part de 65% sur ce marché. Cependant, plusieurs facteurs viennent entraver la progression de cette offre, selon un rapport de la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi).

Tout d’abord, ce sont les tarifs qui sont pointés du doigt. Le prix moyen des films en VOD est de 4,25 euros, selon la Hadopi. Les internautes soulignent «le caractère particulièrement onéreux de l’offre de VOD pour les achats à l’acte».

Des consommateurs jugent les prix peu attractifs par rapport aux DVD et disques Blu-Ray. C’est notamment le cas pour les offres groupées, comme la saison complète d’une série par exemple, qui sont même proposées à des prix inférieurs sur support physique en magasin.

Bien que le délai de disponibilité des œuvres ai été avancé à quatre mois, les films restent disponibles beaucoup trop tard sur les plateformes légales. «De nombreux internautes soulignent que 36 mois s’écoulent entre la date de sortie en salles d’un film et le moment de sa disponibilité sur une plateforme de VOD sur abonnement, 48 mois pour la vidéo à la demande gratuite, et regrettent cette spécificité française par rapport, par exemple, au marché américain», écrit la Hadopi.

Dans le même ordre d’idées, les consommateurs jugent souvent que la taille des catalogues est encore trop restreinte. Ce qui pourrait s’expliquer en partie par l’absence d’une plateforme de VOD phare qui se démarque des autres.

Laisser un commentaire