Les meurtriers de Kadhafi jugés

En réponse aux requêtes de la Cour Pénale Internationale (CPI) et des organisations des droits de l’homme, le CNT a décidé de mettre en place un tribunal spécial chargé de juger les meurtriers de Kadhafi. Dans un premier temps, une enquête sera ouverte, afin de clarifier les circonstances de sa mort, qui demeurent obscures.

“Concernant Kadhafi, nous n’attendons pas qu’on nous le dise”, a déclaré le vice-président du Conseil national de transition (CNT), Abdel Hafiz Ghoga.
“Nous avons déjà ouvert une enquête. Nous avons émis un code d’éthique concernant le traitement des prisonniers de guerre. Je suis sûr que c’était un acte individuel et non pas un acte des révolutionnaires ou de l’armée nationale”, a-t-il poursuivi.

Le guide serait mort dans des circonstances encore non-élucidées. D’après le CNT, la mort de Kadhafi aurait été provoquée par un échange de tirs entre pro-Kadhafi et rebelles. Quant au rapport d’autopsie, celui-ci affirme que le Guide aurait succombé à une blessure par balle, reçue à la tête. Le récit officiel semble pourtant se heurter à de nombreux témoignages évoquant une exécution sommaire par les combattants du CNT.


Le CNT a donc été invité par l’ONU à ouvrir une enquête destinée à mettre en lumière les circonstances pour le moins controversées de la mort de Kadhafi. A l’issue de cette enquête, les coupables devront comparaitre devant le tribunal pour répondre de leur crime. “Le responsable de cela (le meurtre de Kadhafi), quel qu’il soit, sera jugé et bénéficiera d’un procès équitable”, a assuré Abdel Hafiz Ghoga.

 

 

La création de cette cour spéciale est une réponse du CNT à la pression exercée par la CPI qui contexte toujours le rapport d’autopsie et voudrait des explications plus cohérentes sur la mort de Kadhafi.

Laisser un commentaire